Affaire Mörgeli: L'ex direction de l'Uni et ministre critiquées
Actualisé

Affaire MörgeliL'ex direction de l'Uni et ministre critiquées

L'affaire Mörgeli a occupé le Parlement zurichois lundi. L'ancienne direction de l'Université de Zurich a été sévèrement critiquée par les élus.

Les responsables ont échoué collectivement, ont dit à l'unisson les chefs des groupes parlementaires. La conseillère d'Etat Regine Aeppli aussi été la cible de nombreuses critiques. La question de savoir si elle a exigé le licenciement de Christoph Mörgeli ou non n'est pas résolue. La conseillère d'Etat nie avoir donné cet ordre.

La double casquette de Regine Aeppli de ministre de l'éducation et de présidente du conseil de l'Université pose problème, ont souligné les intervenants, qu'ils soient de gauche ou de droite. Une modification de la loi sur l'université pourrait résoudre ce problème.

Démission exigée par l'UDC

Seule l'UDC a exigé la démission de la socialiste Regine Aeppli. Le parti estime qu'il est prouvé que la ministre a outrepassé ses compétences en exigeant le départ de Christoph Mörgeli.

L'affaire a débuté en septembre 2012 avec la publication dans le «Tages-Anzeiger» d'un rapport interne qualifiant d'insuffisant le travail du conseiller national UDC en tant que conservateur du Musée d'histoire de la médecine de l'Université de Zurich. Le rapport avait été rédigé par Flurin Condrau, ancien chef de Christoph Mörgeli.

Le conseiller national avait vivement réagi dans la presse. L'Université de Zurich l'avait alors suspendu, puis l'avait licencié en mars 2013. L'auteure de la fuite, Iris Ritzmann, ancienne professeure titulaire et collaboratrice de Christoph Mörgeli, a été licenciée. Elle a récemment été inculpée de violations du secret de fonction.

Le Ministère public zurichois a aussi été autorisé à ouvrir une enquête pénale contre Flurin Condrau pour violation du secret de fonction. Christoph Mörgeli a porté plainte contre lui. Flurin Condrau peut encore faire recours contre la décision du Tribunal cantonal d'autoriser l'ouverture de l'enquête.

Plainte

Récemment, la commission du Grand conseil zurichois chargée de l'affaire Mörgeli a porté plainte contre la «SonntagsZeitung» pour violation du secret de fonction et publication de débats officiels confidentiels. Le journal dominical alémanique avait publié des extraits d'un rapport de commission deux jours avant sa présentation à la presse.

Ce rapport, discuté lundi au Parlement zurichois, critique aussi bien la conseillère d'Etat Regine Aeppli que la direction de l'Université de Zurich. La ministre est accusée d'avoir outrepassé ses compétences en demandant à la direction de l'université de licencier Christoph Mörgeli en tant que conservateur du Musée d'histoire de la médecine. La magistrate conteste cette version.

Une autre enquête pénale pour violation du secret de fonction est aussi en cours contre la conseillère nationale PDC zurichoise Kathy Riklin, membre du conseil de l'Université de Zurich. L'enquête devrait bientôt être close, selon le procureur bernois chargé du dossier. (ats)

Ton opinion