Présidentielle française: L'ex-ministre Michèle Alliot-Marie prête à se lancer
Publié

Présidentielle françaiseL'ex-ministre Michèle Alliot-Marie prête à se lancer

L'ancienne présidente du RPR est candidate à l'élection présidentielle mais souhaite se passer de primaire à droite.

1 / 47
Le porte-parole de François Fillon se retrouve lui aussi épinglé par «Le Canard Enchaîné» de mercredi. Il aurait fraudé le fisc en ne payant pas tous ses impôts. (Mercredi 15 février 2017)

Le porte-parole de François Fillon se retrouve lui aussi épinglé par «Le Canard Enchaîné» de mercredi. Il aurait fraudé le fisc en ne payant pas tous ses impôts. (Mercredi 15 février 2017)

AFP
Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon, a été mis à mal par des accusations d'emplois fictifs visant son épouse, Penelope. Les Républicains ont exprimé leur soutien à Fillon. (Mardi 14 février 2017)

Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon, a été mis à mal par des accusations d'emplois fictifs visant son épouse, Penelope. Les Républicains ont exprimé leur soutien à Fillon. (Mardi 14 février 2017)

AFP
A l'issue du second tour de la primaire, c'est François Fillon qui a été plébiscité pour représenter la droite. L'ancien premier ministre a largement vaincu Alain Juppé, avec 66% des voix. (Dimanche 27 novembre 2016)

A l'issue du second tour de la primaire, c'est François Fillon qui a été plébiscité pour représenter la droite. L'ancien premier ministre a largement vaincu Alain Juppé, avec 66% des voix. (Dimanche 27 novembre 2016)

AFP

L'ancienne ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, annonce lundi dans Le Monde son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2017. Elle affirme ne pas forcément vouloir passer par la primaire de la droite.

«Quand on est candidat à l'élection présidentielle, la primaire n'est qu'une modalité», explique la députée européenne dans le quotidien. «Ceux qui se présentent à la présidentielle doivent être des gens sérieux, prêts à s'investir totalement et convaincus de porter un projet qui est bon pour l'avenir de la France et des Français», ajoute-t-elle.

Cette gaulliste de 69 ans, ancienne présidente du RPR, déclare ne pas être intéressée par une primaire. Elle dévoilera ses intentions le 4 juillet prochain. «Aujourd'hui, on me parle de primaire, de procédures. Cela ne m'intéresse pas, car ce n'est pas au niveau des enjeux. Certains se présentent à la primaire pour se faire connaître ou pour négocier un poste de ministre. Cela n'a pas de sens», juge-t-elle.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion