Ingrid Betancourt: L'ex-otage veut se retirer de la vie publique pour écrire
Actualisé

Ingrid BetancourtL'ex-otage veut se retirer de la vie publique pour écrire

Ingrid Betancourt, retenue six ans prisonnière par la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a annoncé qu'elle allait quitter la vie publique durant un an.

La franco-colombienne veut écrire ses mémoires.

"Vous n'allez plus me voir pendant un moment, parce que j'ai besoin d'être seule pour écrire et essayer de faire une chose nécessaire, à savoir rendre compte de ce que j'ai vécu", a déclaré Mme Betancourt à des journalistes à la résidence de l'ambassadeur de France au Mexique.

L'ex-parlementaire colombienne et ancienne candidate à la présidence de la République, libérée de ses geôliers par l'armée colombienne en juillet, s'exprimait à l'issue d'une tournée en Amérique latine, durant laquelle elle a appelé à une coopération régionale en faveur de la libération des otages.

Mme Betancourt, 46 ans, a expliqué qu'elle n'apparaîtrait désormais plus en public que pour soutenir les otages encore détenus dans la jungle colombienne ou dans le reste du monde. Elle a cité le soldat israélien Gilad - enlevé en 2006 par des groupes armés palestiniens - et l'opposante birmane Aung San Suu Kyi - assignée à résidence par la junte birmane depuis de nombreuses années.

(ats)

Ton opinion