Actualisé 17.07.2014 à 05:11

Thaïlande

L'ex-Première ministre peut quitter le pays

La junte thaïlandaise a indiqué jeudi avoir autorisé l'ancienne Première ministre à quitter le pays pour la première fois depuis le coup d'Etat du 22 mai. Elle se rendra à paris.

Yingluck Shinawatra devrait se rendre à Paris la semaine prochaine pour le 65e anniversaire de son frère Thaksin Shinawatra, ex-Premier ministre en exil chassé par le précédent putsch en 2006. Le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO, nom de la junte) a approuvé mercredi la requête de Yingluck de quitter le territoire «parce que depuis le coup d'Etat elle ne s'est jamais opposée au travail du NCPO», a déclaré à l'AFP le porte-parole de la junte Winthai Suvaree. «Elle a fait profil bas», a-t-il ajouté.

Selon une source militaire, elle devra informer les autorités thaïlandaises de sa localisation par l'intermédiaire des ambassades dans les pays visités. Yingluck, arrivée au pouvoir grâce à sa victoire aux législatives de 2011, a été chassée de son poste par la justice en mai, juste avant le putsch qui a mis un terme à sept mois de manifestations meurtrières contre le gouvernement.

Elle a fait partie des centaines de personnalités convoquées par la junte et détenues plusieurs jours dans des lieux tenus secrets, avant d'être libérées en signant un engagement à ne plus faire de politique. Depuis le putsch, la junte a suspendu la Constitution, largement limité les libertés civiles et exclu des élections avant autour d'octobre 2015.

Thaksin, qui vit à Dubaï pour échapper à une peine de prison pour malversations financières, reste le facteur de division du royaume. Depuis le coup d'Etat qui a renversé le milliardaire, la Thaïlande est engluée dans une série de crises politiques mettant en scène ses ennemis et ses partisans. (afp)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!