Actualisé

KirghizstanL'ex-président «criminel» doit revenir

Le gouvernement intérimaire du Kirghizstan a critiqué le Bélarus pour avoir accueilli le président déchu, Kourmanbek Bakiev.

Bichkek le qualifie de «criminel» et exige son retour au pays pour le traduire en justice.

«La population du Kirghizstan ne peut réagir favorablement à l'arrivée au Bélarus d'un tel personnage qui a beaucoup de morts sur la conscience», a déclaré mardi soir la chef du gouvernement provisoire, Rosa Otounbaïeva, à des journalistes.

«Tous ceux qui ont souffert pensent qu'il ne peut y avoir de refuge nulle part au monde pour ce sadique. Ce criminel doit être extradé dans notre pays. Si cela ne se produit pas, il reste Interpol», a-t-elle ajouté.

Le nouveau gouvernement intérimaire kirghiz veut traduire en justice le président déchu à la suite du soulèvement populaire au début du mois dans la capitale Bichkek, qui a fait 85 morts et renversé le régime de M. Bakiev.

Le Bélarus a annoncé mardi avoir accueilli le président déchu du Kirghizstan, levant un mystère de plusieurs jours sur l'endroit où Kourmanbek Bakiev avait trouvé refuge.

M. Bakiev s'était envolé le 15 avril du Kirghizstan d'abord à destination de Kazakhstan voisin, où il avait remis sa démission après des négociations coordonnées par la Russie et les Etats-Unis en vue d'apaiser les tensions.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!