Côte d'Ivoire : L'ex-président Laurent Gbabgo remis à la CPI
Actualisé

Côte d'Ivoire L'ex-président Laurent Gbabgo remis à la CPI

L'ancien chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo est arrivé à la Cour pénale internationale, aux Pays-Bas.

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été écroué à La Haye dans la nuit de mardi à mercredi. Il est soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) de quatre chefs de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011.

«Laurent Gbagbo aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l'humanité à raison de meurtres, de viols et d'autres violences sexuelles, d'actes de persécution et d'autres actes inhumains», a annoncé la CPI dans un communiqué.

La CPI a confirmé l'incarcération de M. Gbagbo, 66 ans, sous le coup d'un mandat d'arrêt, au centre de détention de la Cour, à La Haye, aux Pays-Bas. Il a été transféré après son arrivée en avion à l'aéroport de Rotterdam (ouest).

L'ex-chef d'Etat, le premier livré à la Cour depuis son entrée en fonction en 2002, va assister «prochainement» à une audience de comparution initiale. Elle est destinée notamment à vérifier son identité, à l'informer de ses droits et des crimes qui lui sont imputés, selon la CPI.

«Pas le dernier»

Celle-ci pourrait avoir lieu jeudi ou vendredi, a indiqué un membre du bureau du procureur. Elle sera suivie dans les prochains mois d'une audience de confirmation des charges au cours de laquelle les juges examineront si les éléments de preuve avancés par l'accusation sont assez solides pour la tenue d'un procès.

M. Gbagbo, dont le refus de céder le pouvoir après la présidentielle de novembre 2010 avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3000 morts, était détenu depuis avril dans une résidence à Korhogo (nord de la Côte d'Ivoire).

«Justice sera faite pour les victimes ivoiriennes de crimes commis à grande échelle: M. Gbagbo est le premier à devoir rendre compte de ses actes. Il ne sera pas le dernier», a mis en garde le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo dans un communiqué.

Alassane Ouattara avait demandé le 3 mai à la CPI d'enquêter sur les «crimes les plus graves» commis lors des violences, la justice ivoirienne se chargeant des crimes économiques, des crimes de sang et des crimes contre la sécurité de l'Etat.

Danger

Les juges avaient autorisé début octobre le procureur à enquêter en Côte d'Ivoire. Ils estimaient qu'il y avait «une base raisonnable» de croire que des attaques avaient été commises contre la population civile à la fois par le camp de Laurent Gbagbo et par celui d'Alassane Ouattara entre le 25 février et le 6 mai.

En visite à Abidjan, le procureur de la CPI avait promis le 15 octobre une enquête «impartiale» qui ciblerait «trois à six» personnes» ayant les plus lourdes responsabilités dans les crimes commis lors de la crise, dont il n'avait dévoilé ni les noms ni le camp.

Dans le mandat d'arrêt sous scellé délivré le 23 novembre et rendu public mercredi, les juges estiment l'arrestation de M. Gbagbo «nécessaire» pour notamment «garantir qu'il n'usera pas de son pouvoir politique ou de ses moyens financiers pour faire obstacle à l'enquête».

«La décision de poursuivre seulement le président déchu à ce stade risque d'être explosive sur le terrain», a commenté Francis Dako, coordinateur pour l'Afrique de l'ONG Coalition pour la Cour pénale internationale, dans un communiqué. Il a mis en garde contre une «justice des vainqueurs».

Le transfert de M. Gbagbo consacre «la victoire de la corruption» et de «la magouille», a pour sa part affirmé le porte-parole de l'ancien président ivoirien, Justin Koné Katina, depuis son exil au Ghana.

Crimes économiques

Parallèlement à l'enquête de la CPI, des enquêtes nationales sont menées par la justice ivoirienne. Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en détention à Odienné (nord-ouest), ont ainsi été inculpés en août pour «crimes économiques» commis durant la crise.

Au total, plusieurs dizaines de personnalités du régime déchu, civils et militaires, sont détenues pour crimes de sang, atteinte à l'autorité de l'Etat ou crimes économiques. La CPI est le premier tribunal pénal international permanent chargé de juger les auteurs de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Ce transfert est «salutaire» pour la Côte d'Ivoire. C'est un «élément clé» pour tourner la page de la crise post-électorale, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné. (ats/afp)

Ton opinion