L'ex-Saïgon accueille Bush
Actualisé

L'ex-Saïgon accueille Bush

Le président américain George W.Bush a rendu hommage aux nouveaux symboles du capitalisme lundi lors de sa visite au Vietnam, et apporté son soutien au pays dans sa bataille contre la grippe aviaire et d'autres questions de santé publique.

Lors d'un passage rapide à Ho Chi Minh Ville, avant de s'envoler vers l'Indonésie, George W. Bush a visité la bourse du Vietnam, dont l'activité a débuté en 2000 et s'est étendue à Hanoï l'année dernière.

Maniant un maillet rouge, le président américain a sonné les trois coups de gong qui ouvrent la journée d'échanges, et rencontré un groupe de dirigeants d'entreprise vietnamiens et américains.

«Cela m'intéresse vraiment d'entendre quelles sont les opportunités et les obstacles que vous rencontrez», leur a-t-il déclaré. «Peut-être les Etats-Unis peuvent encourager l'économie de marché qui grandit ici», a ajouté George W. Bush, qui s'est dit «surpris par l'ampleur de la croissance et le fait que les gens commencent à réaliser leurs rêves». L'année dernière, la croissance de l'économie vietnamienne s'est établie à 8,4%.

Le président américain devait ensuite rencontrer des dirigeants de l'économie et visiter l'Institut Pasteur, où un point sur les recherches en matière de santé publique, et notamment de Sida, devait être fait.

Cette rapide visite à Ho Chi Minh Ville, l'ancienne Saigon, précédait l'envol de George W. Bush pour l'Indonésie, le pays musulman le plus peuplé du monde, où sa venue a été précédée par de grandes manifestations contre la politique américaine au Proche-Orient et les guerres d'Irak et d'Afghanistan.

La Maison Blanche s'est dite confiante quant aux conditions de sécurité lors de cette visite de six heures en Indonésie, bien que la police a prévenu d'une menace grandissante d'attaques de la part de groupes liés à al-Qaïda.

Lundi, le chef de la police au Palais de Bogor, retraite présidentielle près de Djakarta, a fait savoir que les autorités enquêtaient sur des informations selon lesquelles un attentat suicide pourrait viser le président des Etats-Unis.

Sans préciser ses sources, le colonel Sukrawardi Dahlan a expliqué que cette menace était prise au sérieux. Il a fait état d'informations selon lesquelles un kamikaze pourrait infiltrer une manifestation anti-Bush. (ap)

Ton opinion