Comptes 2008 du canton de Berne: L'excédent de revenus permet de faire des réserves
Actualisé

Comptes 2008 du canton de BerneL'excédent de revenus permet de faire des réserves

Les comptes du canton de Berne dégagent un excédent de recettes pour 2008 de 350 millions de francs, soit 250 de plus que prévu. Le gouvernement veut profiter de ce bon résultat pour alimenter un fonds pour les investissements en temps de crise.

C'est la 11e année d'affilée que les comptes du canton de Berne débouchent sur un résultat positif. L'endettement a pu être réduit une nouvelle fois puisqu'il recule de 674 millions de francs pour s'établir à 5,8 milliards. Ces résultats ont été obtenus grâce à une progression des revenus.

Cet excédent de recettes permettra d'alimenter le futur fonds de couverture des «pics d'investissements». Le gouvernement entend y verser 250 millions de francs sur les 350 millions engrangés. Le canton veut ainsi maintenir le niveau élevé des investissements, politique qu'il juge essentielle pour soutenir la conjoncture.

Réserves

La constitution de réserves les années prospères doit permettre de financer des projets d'infrastructure pour l'économie pendant les années de vaches maigres, explique mardi le canton de Berne. Cette proposition doit encore être soumise au Grand Conseil.

Malgré de mauvaises perspectives financières, le gouvernement ne veut pas réduire le volume des investissements en 2009 et 2010 afin de soutenir la conjoncture en période de crise. Avec 700 millions de francs par an jusqu'en 2012, Berne prévoit d'investir 40% de plus que la moyenne des quatre dernières années.

Eviter un endettement

Parallèlement, l'Etat veillera à éviter tout nouvel endettement pour l'exercice en cours ainsi que pour le budget 2010 en dépit de la crise des marchés financiers et du ralentissement conjoncturel. Les recettes fiscales vont baisser fortement ces prochaines années sans que l'on puisse en mesurer l'amplitude.

Les perspectives sont donc sombres, même si le canton de Berne semble moins touché par la crise. Les cycles conjoncturels y sont moins marqués que dans le reste de la Suisse. L'agriculture et le secteur public y sont en effet surreprésentés alors que le secteur financier y est sous-représenté. (ats)

Ton opinion