Festival de La Bâtie: L'excentricité déclinée à tous les modes à La Bâtie
Actualisé

Festival de La BâtieL'excentricité déclinée à tous les modes à La Bâtie

La Bâtie Festival débute vendredi soir avec, comme chaque année, un programme original.

On peut difficilement passer à côté des affiches du festival, qui montrent des poules et des coqs. «Tout le monde nous en parle. Certaines personnes les affichent en tant que posters chez elles», s'amuse Alya Stürenburg, directrice artistique de La Bâtie. Des visuels hors norme qui se marient à merveille avec le concept du festival: programmer des créations de danse, de musique et de théâtre qui sortent de l'ordinaire.

Parmi les rendez-vous de cette édition, citons la pièce «L'invisible», de la Canadienne Marie Brassard, qui avait charmé le festival l'année dernière, ou une adaptation de «Frankenstein», par le Suisse Eric Salama. Création qui colle à la thématique de cette 32e édition, «D'après» met l'accent sur la réadaptation d'oeuvres.

En danse, le spectacle belge «Venizke» regorgera de personnages étranges; on nous promet notamment une fausse Amy Winehouse. Une autre Belge, Michèle Noiret, proposera un mélange de danse et de cinéma. Côté musique, «Le mariage», de Moussorgski, côtoiera la folk jazzy de Lole et les sets du Beastie Boys Mix Master Mike. Quant à Love Motel, il réinterprétera «L'histoire de Melody Nelson», de Serge Gainsbourg.

Enfin, le festival fait un effort particulier à l'adresse du jeune public, avec cette année de nombreux spectacles conçus pour les enfants durant La Mini-Bâtie.

Myriam Genier

Du 29 août au 13 septembre

Ton opinion