Actualisé 27.10.2008 à 13:02

Canton de BerneL'exécutif veut augmenter le pouvoir d'achat en 2008

Le gouvernement bernois veut atténuer les effets de la crise en augmentant le pouvoir d'achat.

Il a annoncé lundi une baisse unique des impôts pour 2008 et une hausse des salaires du personnel de l'Etat. Mais l'avenir s'annonce inquiétant.

Avec ces deux mesures, le Conseil-exécutif veut donner un signal positif visant à instaurer la confiance, a annoncé le directeur des finances Urs Gasche (PBD). C'est grâce aux comptes d'Etat 2008, qui débouchent sur un excédent des recettes de 400 millions de francs, qu'il a pu présenter ces propositions.

Baisse fiscale limitée

Pour stimuler la demande, l'exécutif propose au Grand Conseil d'abaisser de 0.1 unité la quotité d'impôts pour cette année. Une mesure qu'il avait votée en novembre dernier pour le budget 2008. Limitée à cette année, la baisse de la fiscalité doit alléger les charges des contribuables de quelque 140 millions. Autant de ressources supplémentaires à disposition des consommateurs.

Autre mesure annoncée lundi, une augmentation des traitements du personnel cantonal de 0,5 %, avec effet rétroactif au 1er juillet. Cette décision entraînera des coûts de 30 millions de francs. Ici aussi, il s'agit pour le canton d'accroître le pouvoir d'achat et de lutter contre la morosité qui s'installe.

Chute des recettes

Mais les bonnes nouvelles pour les contribuables s'arrêtent ici. L'exécutif ne veut pas d'une baisse fiscale en 2009 et 2010 comme le demandent deux interventions parlementaires. «Si elles étaient acceptées par le parlement, ces interventions pourraient faire retomber le canton dans la spirale de l'endettement».

Les mouvements à la baisse sur les marchés financiers pourraient se traduire par un manque à gagner allant jusqu'à 85 millions sur les recettes fiscales dès 2009. Le gouvernement estime que le recul annuel de la manne fiscale pourrait même s'élever jusqu'à 334 millions en 2011 par rapport à la planification.

Pas de panique

Comme d'autres cantons, celui de Berne s'attend pour 2009 à un ralentissement conjoncturel. Mais il est difficile d'en évaluer l'ampleur, explique le directeur de l'économie publique Andreas Rickenbacher. Pour le canton de Berne, premier à faire ainsi le point sur la crise, il n'y a pas lieu de céder à la panique.

Reste que l'économie bernoise commence à manifester les premiers signes d'un affaiblissement de la conjoncture. Mais le gouvernement n'envisage pas pour le moment un «effondrement conjoncturel». Mais un tel scénario ne peut être exclu à ses yeux. A titre préventif, il va soutenir la conjoncture par la hausse des investissements.

Hausse du chômage

Il faut toutefois s'attendre à une légère remontée du chômage, estime M. Rickenbacher. Les conséquences de cette crise se feront surtout sentir dans les entreprises orientées vers l'exportation. C'est donc le Jura bernois qui paraît la région la plus menacée avec un tissu industriel caractérisé par un grand nombre de sous-traitants actifs pour les marchés à l'étranger.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!