Mondial 2010: L'expérience anglaise face à la jeunesse allemande
Actualisé

Mondial 2010L'expérience anglaise face à la jeunesse allemande

Allemands et Anglais se retrouvent dimanche pour les huitièmes de finale du Mondial. Un match que vous pourrez suivre en direct et en images sur 20 minutes online, dès 16h.

Leur 8e de finale du Mondial démentira les stéréotypes: l'Angleterre s'appuiera sur son expérience et son organisation, pendant que l'Allemagne jouera sur la jeunesse et la vivacité.

Les entraîneurs. Avec près de 29 ans de moyenne d'âge, l'Angleterre n'est jamais venue à un Mondial avec une équipe aussi âgée. Le sélectionneur Fabio Capello est là pour gagner, pas pour préparer l'avenir.

Joachim Löw a fait confiance à la plus jeune sélection allemande depuis 1934, grâce à laquelle il entend imposer sa philosophie d'un jeu rapide et technique. Cela ne sourira peut-être pas cette fois, mais l'Allemagne a un avenir.

Les gardiens. A 24 ans, Manuel Neuer fêtera sa 9e sélection, quand David James aura 40 ans en août... Choisi après le forfait de Rene Adler, le gardien de Schalke 04 est régulier sans être transcendant. Il n'a pas rassuré contre la Serbie et il peut parfois sortir à l'aventure.

James a cru devoir encore se contenter d'un rôle de doublure. Mais la bourde de Robert Green contre les Etats-Unis lui a offert ses débuts dans un Mondial. Il s'est montré autoritaire contre les Algériens et les Slovènes. Mais ses compatriotes craindront le retour de «Calamity» James.

Charnières. Au terme d'une saison cauchemardesque avec le Hertha Berlin, Arne Friedrich s'est imposé comme le roc de la charnière, excellent contre le Ghana, quand Per Mertesacker déçoit. Ils pourraient souffrir face à la vivacité de Wayne Rooney et de Jermain Defoe.

Après les blessures de Rio Ferdinand et de Ledley King, et la suspension de Jamie Carragher, le 4e choix, Matthew Upson, a été le bon contre la Slovénie. John Terry, après avoir semé le trouble en critiquant Capello, a livré une performance de haute volée.

Les créateurs. Mesut Özil, 21 ans, a brillé contre l'Australie, puis a baissé de ton malgré un but splendide contre le Ghana. Un parcours typique de celui que son entraîneur chez les Espoirs, Horst Hrubesch, décrit comme le «Messi allemand». Talentueux, il est aussi inconstant, comme l'a démontré sa saison au Werder Brême.

Steven Gerrard a souffert avec Liverpool. Mais il monte en puissance et le brassard de capitaine le motive pour enrichir un palmarès insuffisant pour un joueur doté d'un tel talent.

Le milieu axial. Son rôle ingrat le met moins en évidence qu'Özil, mais Sami Khedira, 23 ans, est LA révélation allemande. Costaud, constant, excellent dans les airs, il pourrait voir son importance encore accrue en cas d'absence de Bastian Schweinsteiger, incertain.

Il devra notamment maîtriser les velléités offensives de Frank Lampard, 32 ans. L'Anglais n'est pas encore vraiment entré dans son tournoi et peut être pris en défaut dans le travail défensif, mais ses 22 buts en Premier League incitent à la méfiance.

L'attaque. Après une saison éblouissante, Wayne Rooney souffre, tandis que Lukas Podolski, désespérant avec Cologne, revit sous le maillot national. Très bon contre l'Australie, Podolski a ensuite moins convaincu, ratant un penalty contre la Serbie. Quant à Rooney, toute l'Angleterre attend son réveil. (afp)

Ton opinion