Enquête: L'heure d'été profitable aux enfants
Actualisé

EnquêteL'heure d'été profitable aux enfants

Lorsque le soleil se couche plus tard le soir, les gamins jouent plus dehors. Les auteurs d'une étude menée auprès de 25'000 enfants sont d'avis qu'une heure d'été généralisée serait profitable à la santé des jeunes.

Les chercheurs ont mesuré l'activité quotidienne des enfants à l'aide d'appareils posés sur la taille des sujets âgés de 6 à 16 ans dans neuf pays. Résultat: lorsque le soleil se couche à 21h00 , les enfants bougent 15 à 20% de plus que lorsque le soleil se couche à 17h00.

Cela s'est surtout vérifié pour les enfants européens et australiens, selon les résultats de l'étude publiée dans l'«International Journal of Behavioural Nutrition and Physical Activity». Cette étude est jusqu'à présent la seule à prouver que les heures de lumière le soir peuvent influencer l'activité des enfants en fin de journée, commente Anna Goodman de la London School of Hygiene & Tropical Medicine dans un communiqué publié lundi.

La Grande-Bretagne et l'Australie discutent depuis des années sur une adaptation de l'heure d'été pour rallonger les heures de lumière le soir. Cela toucherait tous les enfants sans distinction et serait plus profitable que toutes les autres mesures d'encouragement au sport, selon la chercheuse.

Pas négligeable

Une heure de soleil supplémentaire en fin de journée apporterait cependant deux minutes en moyenne d'activité supplémentaire par enfant et par jour. Comme l'activité quotidienne moyenne s'élève à 33 minutes par jour, une telle augmentation ne serait donc pas négligeable, estime Mme Goodman.

Certes, cette solution ne résoudrait pas le problème d'obésité chez les enfants, reconnaît la directrice de l'étude, Ashley Cooper, de l'Université de Bristol. Mais ce serait déjà un pas dans la bonne direction.

L'étude recense les données de deux enquêtes en Suisse. L'une a été menée par l'Institut pour le sport de l'Université de Bâle auprès de 600 enfants en milieu scolaire dans la région de Bâle et d'Argovie. L'autre, intitulée Ballabeina, s'est penchée sur l'activité physique de 800 enfants dans le canton de Vaud et St-Gall. D'autres données proviennent de Grande-Bretagne, d'Australie, des Etats-Unis, de Norvège, du Danemark, d'Estonie, du Brésil et de Madère au Portugal. (ats)

Ton opinion