L'heure de la désalpe a sonné

Actualisé

L'heure de la désalpe a sonné

Charmey, en Gruyère, vivra samedi sa 27e «rindyà». Après avoir passé quatre mois sur l'alpage, une dizaine de troupeaux, soit près d'un demi-millier de bêtes, vont rallier le village et leur gîte d'hiver.

Chaque année, pas moins de 10 000 curieux rallient Charmey pour suivre la désalpe. Cette dernière est appelée «rindyà» en patois, ce qui signifie que le troupeau est «rendu» à son propriétaire après avoir passé l'été sur l'alpage.

La désalpe ponctue l'année campagnarde en annonçant l'automne et la bénichon de la montagne. C'est le moment fort pour les armaillis. La désalpe, c'est aussi la fête, avec dégustations, musique folklorique et marché artisanal. Plus de 80 exposants sont attendus cette année.

L'accent est mis sur l'artisanat et les produits du terroir fribourgeois. Sellerie, vannerie, sculpture sur bois, poterie côtoient la fabrication de bricelets, le jambon de la borne et les nombreuses spécialités culinaires de la Gruyère.

Dégustations

Pour la 6e fois, la Coopérative fribourgeoise des producteurs de fromages d'alpage s'associe au marché et présente sa production fromagère artisanale. Le public est invité à la dégustation et peut ainsi comparer les caractéristiques des fromages des divers alpages.

Outre Charmey, des désalpes sont également annoncées à Semsales et à Albeuve le 30 septembre. Chaque village propose des stands de spécialités gastronomiques. (ats)

Ton opinion