Russie: L'historien du Goulag de nouveau arrêté
Actualisé

RussieL'historien du Goulag de nouveau arrêté

Trois mois après avoir été acquitté pour des accusations de pédopornographie, Iouri Dmitriev est visé par une nouvelle affaire.

Iouri Dmitriev.

Iouri Dmitriev.

dr/Twitter

L'historien russe, connu pour ses recherches sur les disparus de la terreur stalinienne, a été de nouveau arrêté moins de trois mois après avoir été acquitté pour une affaire controversée de pédopornographie, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

«Il a été arrêté hier (mercredi) en lien avec une nouvelle affaire», a déclaré à l'AFP Viktor Anoufriev, précisant que l'historien serait présenté jeudi dans la journée à un juge dans le nord-ouest de la Russie pour décider d'un éventuel placement en détention.

Iouri Dmitriev, 62 ans, dirige l'antenne de Mémorial, la principale organisation russe de défense des droits de l'Homme, en Carélie, une région russe frontalière de la Finlande. Accusé d'avoir réalisé des images «pornographiques» de sa fille adoptive, ce qu'il a toujours démenti, il avait passé un an en détention provisoire.

Des armes saisies

Début avril, il a été acquitté de ces charges mais il a été reconnu coupable de détention illégale d'armes et a été condamné à deux ans et demi de contrôle judiciaire. Mais ce jugement avait été annulé par un autre tribunal qui avait renvoyé son dossier devant la justice.

Selon son avocat, son arrestation mercredi se baserait sur de nouveaux témoignages de la grand-mère de la fillette. Ses soutiens ont toujours dénoncé cette affaire comme une tentative des autorités d'intimider et de faire taire l'historien, dont les travaux ont permis de faire la lumière sur des pages sombres de l'histoire de l'URSS.

Pendant près de 30 ans, Iouri Dmitriev a dressé la liste de 40'000 noms de personnes exécutées et déportées en Carélie pendant la terreur stalinienne. Il est également à l'origine de la découverte de l'un des plus grands charniers de la région, à Sandarmokh, où ont été fusillées environ 9000 personnes. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion