Genève: L'homme d'affaires et l'avocat restent en prison
Actualisé

GenèveL'homme d'affaires et l'avocat restent en prison

Le Tribunal des mesures de contrainte a prolongé vendredi leur détention provisoire.

La détention provisoire de l'homme d'affaires a été prolongée d'un mois, a indiqué le procureur Marco Rossier. Ce dernier, qui invoquait un risque de fuite, demandait une prolongation de trois mois.

Le tribunal a prolongé d'une semaine la détention provisoire de l'avocat retenant un risque de collusion. Le Ministère public avait demandé une prolongation d'un mois. La justice doit entendre quelques témoins dans cette affaire et des actes d'enquête sont en cours, a indiqué M.Rossier à l'issue de l'audience.

Confrontation imminente

Les deux hommes sont prévenus de recel et d'entrave à la justice pénale. Une confrontation entre ces deux personnes devrait avoir lieu très prochainement. Le président du TMC a même déploré qu'elle n'ait pas eu lieu mercredi, a indiqué Me François Canonica, le conseil de l'avocat interpellé. Me Canonica estime que cette confrontation aurait permis de mettre son client hors de cause.

L'homme d'affaires et son avocat ont été interpellés mardi à Genève en même temps que six autres personnes qui ont depuis été relâchées. Selon les déclarations de l'avocat de l'homme d'affaires, Me Shahram Dini, son client s'est montré naïf quand une de ses connaissances lui a donné deux diamants pour rembourser une dette.

«Mon client ne s'est pas inquiété de l'origine de ces deux pierres. Il a mis le doigt dans un engrenage qu'il ne pouvait plus maîtriser», a expliqué Me Dini. Ensuite, cette connaissance, qui a été arrêtée mardi en France, lui aurait remis un sac de diamants à stocker à Genève. Il aurait donné les clés du local où se trouvait ce sac à son avocat.

En France et en Belgique

La justice genevoise a mis la main sur ces pierres après deux mois d'enquête ainsi que sur 100'000 francs en espèces. Les diamants, dont la valeur est estimée à 40 millions d'euros, avaient été volés sur le tarmac de l'aéroport de Bruxelles en février dernier lors de leur chargement dans l'avion d'Helvetic Airways qui devait les amener à Zurich.

Le ressortissant français interpellé mardi dans son pays faisait l'objet d'un signalement international. L'homme, aux «lourds antécédents judiciaires», est soupçonné d'avoir directement participé au braquage. La Belgique a demandé son extradition. Ce suspect nie toute participation au vol, a indiqué son avocat.

En Belgique, une quarantaine de perquisitions ont eu lieu mercredi matin, essentiellement dans la région bruxelloise, selon le Parquet de la capitale belge. Vingt-quatre hommes «âgés de 30 à 50 ans» ont été interpellés, dont «une dizaine» font partie du milieu du grand banditisme belge. (ats)

Ton opinion