Actualisé 12.01.2010 à 11:34

Paléontologie

L'homme des cavernes se maquillait

L'homme de Néanderthal pourrait bientôt perdre son étiquette de primitif et regarder Homo sapiens d'égal à égal.

La preuve: il était capable de concevoir et d'apprécier un concept abstrait comme la beauté, vu qu'il se maquillait. Son «beauty case» vient d'être découvert.

Sur les sites de Cueva de los Aviones et Cueva Anton, dans le sud-est de l'Espagne, des chercheurs ont trouvé des coquillages utilisés pour contenir des pigments de couleurs vives ainsi que d'autres coquillages forés provenant probablement de colliers. Ces travaux menés par João Zilhão, de l'Université de Bristol (GB), sont publiés dans la revue «PNAS».

Organisé symboliquement

Dans les coquillages, les paléontologues ont trouvé des restes de pigments de différentes couleurs, noir, rouge ou jaune, similaires à ceux utilisés comme cosmétiques dans l'ancienne Egypte.

Pour M. Zilhão, il s'agit de la «première preuve certaine que, il y a environ 50 000 ans, soit 10 000 ans avant les premiers témoignages de la présence de l'homme moderne en Europe, le comportement des Néanderthaliens était organisé symboliquement».

Brutes poilues

L'homme moderne et l'homme de Néanderthal émanent d'un ancêtre commun, mais ont divergé il y a environ 300 000 ans. Les Néanderthaliens ont souvent été décrits comme des brutes poilues, portant une massue.

Les dernières recherches s'écartent toutefois de cette imagerie et les dépeignent comme d'habiles concepteurs d'outils sophistiqués, utilisant des peaux de bêtes pour se tenir au chaud et veillant sur leurs semblables. Ils ont disparu il y a environ 30 000 ans.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!