Paris: L'homme qui a foncé sur les militaires interpellé
Actualisé

ParisL'homme qui a foncé sur les militaires interpellé

Des soldats se sont fait renverser par une voiture en banlieue parisienne. Six blessés sont à déplorer, dont deux graves. Le véhicule a été retrouvé et l'auteur interpellé.

1 / 22
Lundi 09.08.2017, des soldats se sont fait renverser par une voiture en banlieue parisienne. Six blessés sont à déplorer, dont deux graves. Le véhicule a été retrouvé et l'auteur interpellé.

Lundi 09.08.2017, des soldats se sont fait renverser par une voiture en banlieue parisienne. Six blessés sont à déplorer, dont deux graves. Le véhicule a été retrouvé et l'auteur interpellé.

AFP/Philippe Huguen
Les policiers ont fait feu à plusieurs reprises et le conducteur a été blessé, d'après une source judiciaire selon laquelle l'homme, né en 1980, «était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite».

Les policiers ont fait feu à plusieurs reprises et le conducteur a été blessé, d'après une source judiciaire selon laquelle l'homme, né en 1980, «était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite».

AFP/Philippe Huguen
L'attaque a eu lieu vers 8 heures en plein centre de Levallois-Perret, selon la préfecture de police de Paris. Elle a visé des militaires de l'opération Sentinelle chargée de la protection du territoire national.

L'attaque a eu lieu vers 8 heures en plein centre de Levallois-Perret, selon la préfecture de police de Paris. Elle a visé des militaires de l'opération Sentinelle chargée de la protection du territoire national.

AFP/Stephane de Sakutin

La voiture soupçonnée d'avoir percuté des militaires mercredi matin près de Paris a été interceptée en début d'après midi sur l'autoroute en direction du nord de la France et son conducteur, blessé par balle par la police, a été interpellé, a-t-on appris de sources concordantes.

L'interception, «musclée», s'est déroulée sur l'autoroute en direction de Calais, selon une source proche de l'enquête. Les policiers ont fait feu à plusieurs reprises et le conducteur a été blessé, d'après une source judiciaire selon laquelle l'homme, né en 1980, «était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite».

«Acte a priori volontaire»

L'attaque a eu lieu vers 8 heures en plein centre de Levallois-Perret, selon la préfecture de police de Paris. Elle a visé des militaires de l'opération Sentinelle chargée de la protection du territoire national.

La préfecture des Hauts-de-Seine a évoqué un «acte a priori volontaire», à propos de cet incident, qui intervient quatre jours après une tentative d'agression ciblant des soldats de Sentinelle sur le site de la tour Eiffel à Paris. Deux blessés sont dans un état sérieux même si leur pronostic vital n'est pas engagé, selon la préfecture de police de Paris.

L'attaque a eu lieu devant un casernement situé au centre de Levallois-Perret, selon Patrick Balkany, maire de cette banlieue «calme et sécurisée», où selon lui, «il n'y a jamais eu d'incidents». «C'est un véhicule (...) qui a accéléré très vite quand ils sont sortis», a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision BFM-TV.

Attaques depuis 2015

La France est visée par une vague d'attentats jihadistes qui a fait au total 239 morts depuis janvier 2015, les derniers ciblant tout particulièrement les forces de l'ordre, sur des sites emblématiques.

L'opération Sentinelle mobilise 7000 soldats en permanence sur le territoire national, dont la moitié en région parisienne depuis janvier 2015. Le président Emmanuel Macron a annoncé en juillet que le dispositif allait être revu «en profondeur afin d'avoir une plus grande efficacité opérationnelle et de prendre en compte l'effectivité et l'évolution de la menace.»

Militaires et policiers déjà visés

L'emploi massif de soldats sur le territoire national fait débat, certains politiques - surtout à droite - et militaires s'interrogeant sur son efficacité par rapport à l'effort demandé aux armées, déjà très engagées sur les théâtres d'opérations extérieurs dans un contexte budgétaire tendu.

Plusieurs actions violentes, attribuées ou revendiquées par des islamistes, ont déjà visé des militaires ou des policiers français. Les soldats déployés dans le cadre de l'opération Sentinelle ont ainsi été la cible de plusieurs agressions, à Nice, en février 2015, à l'aéroport d'Orly en avril 2015 et en mars 2017, aux abords du Musée du Louvre en février 2017.

Samedi, au pied de la tour Eiffel, un jeune homme admis en psychiatrie mais en permission de sortie a franchi un portique, sorti un couteau et bousculé un agent de sécurité. Interpellé, il a dit vouloir «commettre un attentat contre un militaire».

Une voiture fonce sur des militaires à Paris

Six soldats de l'opération Sentinelle ont été blessés mercredi matin, à Levallois, au nord-ouest de Paris.

(afp)

Ton opinion