Actualisé 16.03.2020 à 12:49

Coronavirus

L'hôtellerie romande appelle à l'aide

Les hôtels se vident du jour au lendemain, avec des taux d'occupation qui chutent de manière abrupte. Tous les cantons et toutes les régions sont touchés.

Philippe Thuner, président de l'Association romande des hôteliers (ARH), tire la sonnette d'alarme.

Philippe Thuner, président de l'Association romande des hôteliers (ARH), tire la sonnette d'alarme.

Keystone

L'hôtellerie romande subit de plein fouet les conséquences économiques liées au coronavirus. Elle demande que des mesures de soutien soient prises à très court terme pour le maintien des emplois et pour éviter les faillites. Pour elle, il est indispensable que les services clés de l'Etat passent en mode urgence.

Depuis février, la quasi-totalité des hôtels romands font face à des annulations quotidiennes. Ayant débuté en février, elles ont des effets sur les mois de mars, avril, mai et juin, a expliqué lundi devant la presse Philippe Thuner, président de l'Association romande des hôteliers (ARH) qui regroupe les cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura. Celle-ci représente 220 hôtels et environ 5000 collaborateurs.

Le segment «business» représente la plus grande partie des annulations (60 à 80%). Il est suivi du segment «événements - congrès, salon, manifestations sportives et culturelles» (20 à 40%) et enfin du tourisme (5 à 20%), a-t-il détaillé.

Recettes perdues à jamais

Les hôtels se vident du jour au lendemain: les taux d'occupation ont chuté de manière abrupte: de 60, 70, 80% à 5, 15 ou 30% au grand maximum. Tous les cantons et toutes les régions, même les plus périphériques et celles de montagne, sont touchés.

Le chiffre d'affaires est lui aussi en chute libre. Sur le seul mois de mars, les petits hôtels subissent des pertes de 10'000 à 50'000 francs, les hôtels de taille moyenne de 50'000 à 200'000 francs et les grands hôtels de plusieurs centaines de milliers de francs, voire jusqu'au million, décrit le président de l'ARH.

L'hôtellerie est une branche particulière. Les pertes conséquentes de recettes sont perdues à jamais. Il ne sera pas possible de les rattraper, alors que l'industrie peut espérer vendre ses produits dans six mois, souligne-t-il. Autre difficulté importante, tout hôtel doit faire face à des charges fixes incompressibles (de 60 à 70% des charges).

Maintien des emplois

«Les dégâts sont immédiats et colossaux», résume Alain Becker, directeur de l'ARH. Dans une branche où le recrutement est déjà suffisamment difficile, il est fondamental que les hôtels puissent conserver leur personnel pour reprendre l'exploitation après la crise.

C'est pourquoi la branche hôtelière demande à la Confédération et aux cantons des mesures pour le maintien des emplois. En priorité, la simplification et l'accélération de la procédure pour la réduction de l'horaire de travail. Ce droit doit également être étendu aux indépendants et aux travailleurs qui disposent d'un contrat à durée déterminée, a relevé M.Becker. Les décisions prises par le SECO récemment vont dans ce sens, ce qui est satisfaisant.

Eviter les faillites

Ensuite, de nombreux hôtels seront rapidement en difficulté financière. Il s'agit d'éviter les faillites en assurant les liquidités. Comme il n'est pas possible d'agir au niveau des recettes, il est indispensable de réduire le poids des charges à court terme par des reports ou allégements d'impôts, de taxes ou de factures diverses.

Enfin, les services de l'Etat doivent passer en mode de crise. Les services de l'emploi, les caisses cantonales de chômage vont crouler sous les demandes: ils doivent être renforcés pour faire face à la demande. A Lausanne, 90% des collaborateurs du secteur hôtelier, soit environ 1800 personnes vont être à l'arrêt, a illustré Stefano Brunetti, président d'Hôtellerie lausannoise.

«Cela fait une semaine que j'ai fait une demande de chômage partiel sans avoir de réponse», a ajouté Marie Forestier, directrice de l'Hôtel Bon-Rivage à la Tour-de-Peilz qui a dû fermer ses portes suite aux annulations. «J'ai besoin de réponses très rapides et claires», a-t-elle lancé.

Incertitude et désarroi

Alain Becker a aussi souligné le désarroi de la branche. «L'incertitude n'est pas viable. Nos membres ont de la peine à suivre ce flot de mesures qui se réactualisent sans cesse. Beaucoup d'entre eux se demandent s'ils doivent fermer. Un avis de fermeture serait au moins clair».

«Des discussions sont en cours pour mettre des chambres à disposition, par exemple pour des frontaliers. D'autres portent sur un éventuel transfert du personnel hôtelier dans le secteur sanitaire pour certains postes. Mais on n'en est pas encore là», a relevé M. Becker. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!