Actualisé 12.12.2019 à 00:20

Etats-UnisL'humain reste imbattable dans la course de drones

Lors du premier match du genre, le Lausannois Gabriel Kocher a déclassé un engin piloté par ordinateur.

von
laf

Les programmeurs devront encore attendre avant de pouvoir régner sur les compétitions de drones de sport. Gabriel «Gab707» Kocher leur a rappelé le travail qui leur restait à accomplir. Vendredi dernier à Austin, ce Lausannois établi au Canada a en effet facilement enlevé la manche qui l'opposait au drone de l'équipe néerlandaise MAVLab, commandé par ordinateur. Le pilote professionnel a passé le parcours d'obstacles en 6 secondes le tour, contre 11 secondes à son rival, trois fois de suite. «Il y avait évidemment pas mal de pression. Je n'avais pas le droit à l'erreur. J'ai donc fait un bon nombre d'entraînements pour tirer le maximum de la machine», nous confie la star de la Drone Racing League (DRL) appréciée dans le milieu pour sa régularité dans le top 3 mondial et son doctorat en physique.

Pour les codeurs, le principal défi consiste à préparer un drone capable de reconnaître les obstacles et les contourner. Et plus le drone va vite, plus il est difficile de le programmer pour qu'il prenne les bonnes décisions. «En gros, il faut anticiper, relève Gabriel Kocher. J'ai une représentation mentale de la façon dont je peux franchir cette ligne étroite. Mais pour eux, ils ont besoin d'écrire le modèle physique qui doit déjà savoir ce qui va se passer.»

Malgré l'imprévisibilité des courses de drones, la supériorité de l'homme sur la machine ne durera pas éternellement. «Gab707» n'est pas dupe: «Cette année, ils auraient pu battre un pilote moyen, mais pas un pro. Mais ce n'est que partie remise!»

Les experts s'attendent que les drones dopés à l'intelligence artificielle parviendront à battre les humains dans les années à venir. «Nous parions sur 2023», avait pronostiqué au début de la saison Ryan Gury, directeur de la technologie au sein de la DRL

Chasse à la prime

Les challengers se transforment volontiers en chasseur des primes. L'équipe néerlandaise défaite MAVLab est en effet repartie avec la récompense de 1 million de dollars pour avoir conçu le meilleur drone piloté par ordinateur, battant l'équipe zurichoise du professeur Davide Scaramuzza. Le lot était lui offert par Lockheed Martin, le géant américain de l'aérospatial, et le fabricant de puces Nvidia, dans le cadre de leur programme AlphaPilot.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!