Actualisé 30.12.2007 à 08:13

L'humoriste suisse Emil a 75 ans

Emil Steinberger fête ses 75 ans le 6 janvier. Le Lucernois établi à Montreux (VD) depuis 1999 confie goûter au «dessert de la vie».

Bien sûr, les cheveux sont devenus gris et les rides se sont creusées. Mais l'accent du comédien lucernois s'exprimant en français est toujours aussi indissociable du personnage d'Emil. Et pourtant, Emil Steinberger a mis un terme à la carrière de son alter ego en 1987 au Théatre du Jorat, à Mézières (VD).

Marre de voyager, de ne pouvoir profiter de son chez-soi et un besoin de se renouveler, explique-t-il sa décision. Mais voilà, il y a un peu plus de sept ans, le moustique du spectacle l'a repiqué. En 1999, Emil Steinberger publie un livre, les «Vraies histoires fausses». Puis il est invité à en faire la lecture en librairie.

De fil en aiguille, ces séances se muent en one-man-show. «Sur 100 minutes, j'en passe environ 15 à lire», raconte-t-il dans un entretien accordé à l'ATS. Le succès est tel que le spectacle «Emil lit et raconte» continue d'être sollicité en Allemagne et en Suisse alémanique. Une nouvelle tournée est prévue en 2008. «Mais avec l'âge on devient plus raisonnable, on ne part que quelques jours à la fois», relativise-t-il.

D'autres projets ? «Continuer le travail à Edition E» qu'il a fondé avec sa femme Niccel en arrivant à Montreux, dit-il simplement. Quant à d'autres livres, «des idées, on en a toujours, mais il est difficile d'en parler tant qu'elles ne sont pas mûres».

A trois fois 25 ans, Emil goûte «au dessert de la vie», dit-il. Une fois, une dame lui a offert un bouquet de fleurs dans la rue. «Elle ne l'avait pas acheté pour moi. Mais quand elle m'a vu, elle a enlevé la petite carte qui allait avec et m'a dit: vous l'avez mérité !»

Des réactions négatives, Emil en a rarement eu. Il fronce les sourcils en se creusant la tête. «Certains n'aimaient pas que je joue le Suisse en Allemagne», se souvient-il. Ils avaient peur que ça renforce les clichés.

Mais c'est justement cette caricature du Suisse alémanique qui a tant fait rire les Romands. «Oui, mais les Romands finissent aussi par se rendre compte qu'ils font les mêmes bêtises», assure le comédien qui a commencé son parcours professionnel comme buraliste postal à Lucerne.

Emil est ainsi devenu une référence nationale. Même si cela ne semblait pas gagné d'avance. «On m'avait averti de ne pas venir jouer en Suisse romande. On m'avait dit: les Suisses romands n'aiment pas du tout entendre les Suisses allemands parler le français. On pensait aussi que mes textes étaient intraduisibles».

Emil, c'est aussi un des «Faiseurs de Suisse». Après presque trente ans, le film de Rolf Lyssy est toujours en tête des films les plus vus en Suisse. «C'est que la situation autour des naturalisations n'a pas changé», analyse M. Steinberger. «Ces prescriptions et ces lois, c'est quelque chose qu'on ne comprend pas. Mais alors, pourquoi on ne change pas ?», s'indigne-t-il.

Le jour de ses 75 ans, M. Steinberger est invité à la radio alémanique DRS. Une émission de deux heures sera diffusée à partir de 10h00 en direct du Petit Théâtre de Lucerne, que le comédien a fondé il y a quarante ans avec sa première épouse. Pourtant, confie- t-il, il «n'a jamais été fan des anniversaires».

NOTE: le 7 janvier sort le CD «Suppe, Wurst und Brot», une compilation en dialecte des sketchs d'Emil sur le thème de la gastronomie. Le CD sera disponible dans les magasins et sur le site www.emil.ch

Emil, le train du Gotthard

Emil, le train du Gothardenvoyé par unjardin

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!