Genève: L'idée d'un radar anti-bruit séduit le Parlement
Actualisé

GenèveL'idée d'un radar anti-bruit séduit le Parlement

La commission des transports du Grand Conseil a largement voté une motion Verte demandant que soit développé un appareil traquant le vacarme routier.

par
jef
Après les radars mobiles traquant la vitesse excessive, les députés genevois songent à un appareil anti-bruit.

Après les radars mobiles traquant la vitesse excessive, les députés genevois songent à un appareil anti-bruit.

Keystone/Jean-christophe Bott

Les Verts, et manifestement la plupart des partis genevois, en ont plus qu'assez des véhicules pétaradants qui assourdissent les riverains. Leur motion, qui réclame que le Canton acquière ou développe un radar permettant de pincer les engins trop bruyants, a été largement approuvée en commission des transports, par treize Oui contre un Non (UDC) et une abstention (MCG). Le Grand Conseil doit encore se prononcer en séance plénière pour que cette demande soit transmise au Conseil d'Etat.

Selon le chef du groupe acoustique de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, cité par la «Tribune de Genève», un tel radar est techniquement réalisable. Deux à quatre ans seraient nécessaires pour mener ce projet à bien. La police juge qu'un outil de ce type serait très utile. L'Etat indique que des expériences ont été menées au Canada et en Allemagne. Le principal défi consiste à mettre au point un appareil capable d'identifier de quel véhicule provient le bruit excessif.

Ton opinion