Honduras: L'incendie de la prison serait accidentel
Actualisé

HondurasL'incendie de la prison serait accidentel

L'incendie dans une prison du centre du Honduras, qui a fait 359 morts parmi les détenus, est d'origine accidentelle, peut-être dû à une cigarette.

L'équipe de l'Agence américaine pour le contrôle de l'alcool, le tabac, les armes et les explosifs (ATF) a indiqué avoir «déterminé que la cause de l'incendie est accidentelle», dans un rapport publié par l'ambassade des Etats-Unis à la suite d'une enquête menée sur place.

Le feu a commencé dans la partie supérieure de deux lits superposés du module six de la ferme pénitentiaire de Comayagua, qui abritait 852 prisonniers. Il «s'est propagé aux matériaux inflammables proches», affirme le rapport.

«Le feu a dû être provoqué par une flamme (dont l'origine pourrait être due à une cigarette, un briquet, des allumettes, etc) bien que la source précise de l'ignition n'a pas été trouvée», précise-t-il.

277 autopsies

Auparavant le ministre de la Sécurité, Pompeyo Bonilla, et le procureur général avaient également souligné l'origine accidentelle de l'incendie dans un rapport préliminaire. Ils ont écarté les versions de certains familles selon lesquelles il aurait pu être provoqué par des policiers pour faciliter l'évasion de prisonniers moyennant paiement.

Selon le ministre, l'incendie a pu se déclarer alors que des détenus «fumaient sur un matelas inflammable», ce qui a pu «provoquer la première flamme». Le procureur général du Honduras, Luis Rubi, avait affirmé que cette hypothèse était celle qui prédominait, en se référant aux «nombreuses déclarations de témoins».

Le procureur a nié catégoriquement que des décès aient été causés par des armes à feu, après que certains parents de victimes ont accusé les gardiens de la prison d'avoir tiré sur les détenus. Les autorités ont procédé à l'autopsie de 277 victimes, qui a abouti à 70 identifications et 27 remises de corps. (afp)

Ton opinion