Mulhouse (F): L'incendie meurtrier «très probablement criminel»

Actualisé

Mulhouse (F)L'incendie meurtrier «très probablement criminel»

Un immeuble de Mulhouse (F) a été ravagé par les flammes, tuant cinq personnes, dont quatre enfants, dans la nuit de dimanche à lundi. L'homme en garde à vue a des antécédents pour des faits de dégradations par incendie.

par
afp/ofu
1 / 6
Cinq personnes sont décédées dans cet immeuble de Mulhouse, dans la nuit de dimanche à lundi (1er au 2 octobre 2017).

Cinq personnes sont décédées dans cet immeuble de Mulhouse, dans la nuit de dimanche à lundi (1er au 2 octobre 2017).

AFP/SEBASTIEN BOZON
Un incendie, probablement de nature criminelle, s'est déclaré au niveau des caves. Les fumées sont la cause du bilan très lourd du sinistre, selon les premiers éléments de l'enquête.

Un incendie, probablement de nature criminelle, s'est déclaré au niveau des caves. Les fumées sont la cause du bilan très lourd du sinistre, selon les premiers éléments de l'enquête.

AFP/SEBASTIEN BOZON
Jean Rottner (à gauche), maire de Mulhouse, est venu apporter son soutien moral aux habitants.

Jean Rottner (à gauche), maire de Mulhouse, est venu apporter son soutien moral aux habitants.

AFP/SEBASTIEN BOZON

Deux jours après le drame qui s'est joué à Mulhouse, en France, on en sait un peu plus sur l'incendie ayant tué cinq personnes. Lundi en fin de journée, le procureur de la République, Dominique Alzeari, a précisé lors d'une conférence de presse: «On a un incendie qui est très probablement d'origine criminelle. Tout le laisse croire.» Et d'ajouter: «Une personne a été mise en garde à vue lundi à 02h40. Un homme âgé de 28 ans qui a des antécédents pour des faits de dégradations par incendie.»

«Des faits de destruction volontaire ayant entraîné la mort»

Le sinistre, qui a également fait huit blessés, dont trois dans un état grave, s'était déclaré dimanche soir vers 23h30 dans les sous-sols d'un immeuble HLM (habitation à loyer modéré) de cinq étages. L'enquête, ouverte lundi, porte sur «des faits de destruction volontaire ayant entraîné la mort, et pour des faits de destruction ayant entraîné des blessures graves pour les personnes», a précisé le magistrat. Les fumées sont la cause du bilan très lourd du sinistre, selon les premiers éléments de l'enquête.

«Le Parisien» a révélé mardi matin l'âge des victimes. Selon le journal, il s'agit d'une fille de 9 ans, d'un garçon de 11 ans et de son père de 53 ans. Les deux autres enfants, issus d'une autre famille, étaient âgés de 6 et de 7 ans. «Les victimes se sont retrouvées piégées. Elles se sont dirigées vers un endroit qui leur a été fatal», a déclaré au quotidien Dominique Alzeari, procureur de Mulhouse.

Des scènes de «panique»

Interrogé à son tour, le maire de Mulhouse, Jean Rottner, explique qu'il y a au moins un foyer principal se situant au niveau des caves. L'immeuble touché, qui compte dix appartements, est situé dans une zone de sécurité prioritaire au nord de Mulhouse. «C'est un immeuble en très bon état, situé dans une cité apaisée, où il n'y a pas de difficultés particulières», a assuré le maire.

Interrogés lundi par l'AFP, des voisins ont décrit des scènes de «panique». «Mon ami habite dans l'immeuble, sa femme et son fils de 8 ans sont grands brûlés. Il était sur place quand le feu a démarré», a raconté Leila, habitante d'un immeuble voisin. «Il a descendu sa femme et sa fille en premier, puis en descendant, il a été intoxiqué par les fumées qui étaient encore dans les couloirs. (...) On est tous choqués».

«Les secours ont mis 35 minutes à venir»

«Je pense que le feu s'est déclaré vers 23h35, on y était 10 minutes après. On a sauvé ce qu'on pouvait. C'était l'enfer... On a pu sauver 4 ou 5 personnes», a expliqué un autre riverain, Bekir, déplorant que «les secours aient mis 35 minutes à venir».

Ton opinion