Villars (VD): L'indélicate amie de Juan Carlos évite la punition
Actualisé

Villars (VD)L'indélicate amie de Juan Carlos évite la punition

L'acheteur d'un logement à 5 millions disait s'être fait escroquer sur le prix de bibelots «royaux». Les juges fédéraux lui ont donné tort.

par
Christian Humbert

Celle qui se présente comme une princesse ne sera jamais débarrassée d'un avocat français octogénaire de Genève: le retraité est allé jusqu'au Tribunal fédéral pour que la supposée amie intime de l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos fasse l'objet d'une enquête pour escroquerie. Le TF lui a donné tort le 7 octobre, tout comme la justice vaudoise auparavant.

L'objet du litige peut paraître insignifiant: 120'000 fr. d'objets contenus dans un luxueux logement de Villars-sur-Ollon (VD) que le retraité a acheté 5 millions à Corinna zu Sayn-Wittgenstein. Celle-ci lui a présenté ces bibelots, tableaux ou vins comme «royaux ou antiques». L'acheteur, emballé, a signé les actes dans une grande étude de Genève. Puis il a fait expertiser ses acquisitions précieuses. Patatras! Leur valeur atteignait au mieux 30'000 francs.

C'est cette différence avec les 120'000 fr. payés qui a incité l'octogénaire à attaquer l'aristocrate en justice. Sans succès. Le TF ne décèle aucune escroquerie, qui suppose de l'astuce, dans cette affaire. Le dupé pouvait vérifier la véracité des dires de la vendeuse. C'était à lui «d'obtenir des garanties». Il n'a «pas pris les mesures de prudence élémentaires qui auraient permis d'éviter l'erreur». L'homme ne désarme pas. Selon son avocat, Me Timothée Bauer, «en creux, le TF admet la tromperie. Nous allons demander au civil l'annulation de la vente et le remboursement de la somme versée.»

Sulfureux safari

L'Espagne en crise a découvert Corinna zu Sayn-Wittgenstein en 2012, lorsque la presse a publié des photos de Juan Carlos et de la belle aristocrate lors d'une chasse à l'éléphant au Botswana. Ce safari confidentiel – dont même le gouvernement ne savait rien – avait été révélé en raison de la chute dont le roi avait été victime. Agée de 50 ans, la «princesse», qui doit son nom à son 3e mari, a étudié à Genève. Elle serait, selon les indiscrétions des médias ibériques, la «tendre amie» de l'ancien souverain.

Ton opinion