Actualisé 19.03.2013 à 12:33

SuisseL'indemnité de départ du directeur de l'OFS justifiée

L'ancien directeur de l'Office fédéral de la statistique, Jürg Marti, a reçu une indemnité de départ. Le Département de l'intérieur se justifie.

Jürg Marti était directeur de l'Office fédéral de la statistique.

Jürg Marti était directeur de l'Office fédéral de la statistique.

L'indemnité de départ attribuée à l'ex-directeur de l'Office fédéral de la statistique (OFS), Jürg Marti, qui a quitté son poste avec effet immédiat en février, ne tient pas compte des critiques relayées par les médias sur son travail. Le Département de l'intérieur a réitéré mardi ses critères.

Les services d'Alain Berset ne sont pas entrés en matière sur les critiques de Regula Rytz (Verts/BE), en répondant mardi par écrit à une de ses questions. La conseillère nationale s'étonnait de l'attribution d'une indemnité de départ correspondant à un an de salaire. M. Marti pourrait ainsi empocher jusqu'à 291'093 francs, maximum de sa classe de salaire.

L'élue écologiste évoquait les faiblesses en matière de direction reprochées à M. Marti dans la presse. La décision de mettre un terme aux rapports de travail découle du climat tendu au sein de l'office, répond le Département fédéral de l'intérieur (DFI). Et l'indemnité prévue correspond au montant usuel prévu par la législation.

Elle ne tient compte ni des critiques relayées par les médias, ni de l'âge ou de la situation professionnelle ou personnelle de M. Marti, précise le DFI. Le Conseil fédéral estime que cette indemnité est appropriée.

Sur la sellette

L'économiste soleurois de 50 ans était sur la sellette depuis un moment. En janvier, des employés de son office s'étaient plaints de lui dans une lettre anonyme adressée à Alain Berset. Les salariés dénonçaient des conditions de travail exécrables, accusant leur chef d'autoritarisme, de sexisme et d'homophobie.

Une enquête administrative sera menée pour tirer les enseignements de la situation. Ce n'est pas la première fois que Jürg Marti est sous le feu de la critique. Il y a deux ans déjà, il avait fait les gros titres après un conflit avec la commission du personnel. Nommé par Pascal Couchepin, le Soleurois était entré en fonctions en 2009. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!