Polémique: L'indemnité de l'ex-patron de Dexia provoque des remous
Actualisé

PolémiqueL'indemnité de l'ex-patron de Dexia provoque des remous

Dexia se trouve au centre d'une polémique après l'attribution d'une indemnité de départ de 825 000 euros à Axel Miller, l'ancien administrateur délégué de la banque franco-belge, malgré les engagements pris en septembre lors du sauvetage du groupe.

Le «parachute doré», correspondant à un an de salaire fixe, a été approuvé par le conseil d'administration alors que la banque a été sauvée de la faillite en septembre 2008 et recapitalisée en urgence par les Etats français, belge et luxembourgeois à hauteur de 6,4 milliards d'euros.

En échange de son intervention, Paris avait à cette époque exigé d'Axel Miller qu'il démissionne et qu'il renonce à toute indemnité de départ. Le dirigeant avait du coup décidé de ne pas toucher les 3,7 millions d'euros qui lui étaient destinés au titre de «parachute doré».

Mais le rapport annuel 2008 de Dexia, rendu public lundi, révèle que l'ancien patron de Dexia a touché 1,678 million d'euros au titre de l'exercice 2008, intégrant une indemnité de départ de 825 000 euros et un salaire de 636 500 euros.

«Les administrateurs représentant l'Etat (français) et la Caisse des dépôts ont voté contre l'attribution d'une indemnité d'un an de salaire à Axel Miller», déclare-t-on dans l'entourage de la ministre française de l'économie, Christine Lagarde.

Interrogé sur l'indemnité perçue par l'ex-patron de Dexia, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a déclaré sur RTL que «les chiffres atteints dans un certain nombre de cas choquants, pas seulement en temps de crise mais en particulier en temps de crise».

«En tant que gouverneur de la Banque de France, ce qui me paraît important, c'est que le système de rémunérations ne pousse pas à prendre des risques inconsidérés», a-t-il ajouté.

(ats)

Ton opinion