Richemont: L'industrie du luxe pâtit aussi de la crise
Actualisé

RichemontL'industrie du luxe pâtit aussi de la crise

Richemont a souffert de la crise économique lors des premiers mois de son exercice 2009-2010.

Le groupe de luxe genevois a vu ses ventes après cinq mois fléchir de 16% par rapport à la période correspondante de l'an dernier.

En monnaies locales, la baisse atteint même 21%. Le groupe a en effet dû faire face au renforcement du yen et du dollar vis-à-vis de l'euro (sa monnaie de compte), a-t-il indiqué mercredi, jour de son assemblée générale.

D'avril à fin août, le tassement des activités a été le plus prononcé en Amérique, où les ventes ont chuté de 36%. Le chiffre d'affaires a reculé de 22% en Europe. En revanche, il a progressé de 5% dans la région Asie-Pacifique.

Le secteur de la bijouterie, représenté par les marques Cartier et Van Cleef & Arpels, a accusé une baisse des ventes de 14%. Celui des montres, qui comprend notamment Jaeger-LeCoultre, Piaget, IWC et Baume & Mercier, a subi un recul de 18%.

Baisse de la rentabilité

Les ventes d'instruments d'écriture (Montblanc) ont régressé de 17%. Dans le segment Autres activités, qui comprend notamment la marque Chloé, la baisse atteint 23%, en raison de la contraction de la demande de l'industrie horlogère helvétique. Les accessoires et les articles en cuir (Alfred Dunhill et Lancel) ont mieux résisté, avec une baisse de seulement 1%.

Le chiffre d'affaires a reculé de 7% dans les magasins directement exploités par Richemont. Les ventes chez les grossistes ont elles chuté de 21%. Aux Etats-Unis, les vendeurs ont réduit massivement leurs stocks, explique l'entreprise

Richemont se montre prudent pour la suite de l'exercice. Compte tenu de la crise économique, la rentabilité devrait nettement fléchir au 1er semestre, a souligné le président du conseil d'administration Johann Rupert, cité dans le communiqué. Et ce, en dépit d'un strict contrôle des coûts.

Titre sous pression

A la Bourse suisse, l'action Richemont perdait plus de 4% dans la matinée, occupant la lanterne rouge du SMI, dans un marché lui-même en baisse. Les chiffres correspondent aux prévisions et l'annonce d'un fort recul des marges au premier semestre ne surprend personne, selon les analystes.

Le groupe dévoilera ses chiffres semestriels en novembre. Richemont avait dégagé lors de son exercice 2008-2009 un bénéfice net de 1,08 milliard d'euros, en recul de 31%. Le chiffre d'affaires a lui atteint 5,42 milliards d'euros (8,22 milliards de francs).

(ats)

Ton opinion