Bonneville (F): L'infirmière volait des cachets pour tenir le coup
Actualisé

Bonneville (F)L'infirmière volait des cachets pour tenir le coup

Une soignante était jugée jeudi par le tribunal. Afin de supporter son rythme de travail irrégulier, elle avait dérobé des somnifères.

par
jef
L'infirmière prenait des somnifères pour encaisser ses horaires irréguliers.

L'infirmière prenait des somnifères pour encaisser ses horaires irréguliers.

Elle volait des médicaments sur son lieu de travail pour encaisser les rythmes imposés. Cette infirmière de 56 ans, employée depuis de très nombreuses années par le Centre hospitalier Alpes Léman, à Contamine-sur-Arve (F), était jugée jeudi par le Tribunal correctionnel de Bonneville. Soumise à des horaires difficiles, faits d'alternance entre travail de jour et travail de nuit, la soignante avait commencé à faire des insomnies.

Afin de pouvoir assurer correctement sa mission, et plutôt de que demander de l'aide, elle avait eu recours à des somnifères, mettant le doigt dans un engrenage infernal: ce type de substance nécessite d'augmenter sans cesse les doses pour obtenir le même effet. L'infirmière, afin d'assurer ses besoins en cachets de plus en plus importants, s'est ainsi mise à se servir dans la pharmacie de l'hôpital.

Ce dernier ne s'est pas porté partie civile, son employée présentant des états de service exemplaires. Le Ministère public l'a quant à lui dispensée de peine, rapporte «Le Dauphiné libéré»: «Elle a choisi la facilité et aurait dû parler de ses problèmes, mais ce métier est difficile. Il n'y a pas dans ce dossier de circuit parallèle de revente. C'est un accident de parcours.»

Ton opinion