Actualisé 03.05.2011 à 17:16

Politique genevoise

L'initiative, arme de tromperie électorale

Neuf textes ont vu le jour lors des municipales en 2011. Un record. Mais quasi aucune initiative n'a abouti.

de
Raphaël Leroy

Beaucoup de bruit pour rien. C'est ce qui ressort du nombre d'initiatives lancées depuis le 1er janvier. En cette année électorale, pas moins de neuf textes sont nés en l'espace de quatre mois, contre quatre durant toute l'année dernière, un en 2009 et deux en 2008.

Une sur neuf a abouti

Sur ces neuf initiatives, une seule a abouti à Onex. Les six autres - deux sont en cours de contrôle - n'ont pas abouti ou n'ont tout simplement pas été déposées, comme c'est le cas pour les citernes de l'UDC-Vernier ou les vidéosurveillances du PDC-Ville de Genève. «Nous avons échoué à récolter suffisamment de signatures, mais le texte sera transformé en pétition, indique le démocrate-chrétien Alain de Kalbermatten. L'initative reste malgré tout un bon moyen d'occuper le terrain en période électorale.»

Certes, l'UDC transformera elle aussi son texte en pétition mais aucun vote n'aura lieu dans l'immédiat. Pas plus que pour l'initiative du PLR demandant plus de policiers municipaux. «L'ensemble des partis ont admis les idées que nous défendions dans le texte, c'est l'essentiel, explique le libéral-radical Simon Brandt. Mais il est vrai que si nous n'avions pas déposé les paraphes avec dix jours d'avance, nous aurions certainement pu valider le texte.» Résultat: l'initiative est aujourd'hui abandonnée.

«Pas changer une politique mais ccuper l'agenda»

«Il ne s'agit en rien d'une arnaque électorale, indique le politologue Pascal Sciarini. C'est un mimétisme des pratiques fédérales. L'initiative ne tient pas forcément à changer une politique mais à occuper l'agenda et récolter des voix.»

L'opération a tout de même un coût: quelques milliers de francs pour les partis et près de 10'000 fr. pour l'administration.

Record aussi au niveau fédéral

11 initiatives fédérales ont été lancées depuis le début de l'année, contre 15 pour toute l'année dernière et 12 en 2007. «Le nombre de textes lancés en période électorale semble être plus important que le reste du temps. A ce stade, on peut dire qu’on s’achemine vers un record!», affirme le porte-parole de la Chancellerie fédérale, Claude Gerbex. Pour l'instant, deux initiatives sur les 11 ont été déposées. En 2007, seuls 30% des textes avaient abouti.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!