Votations fédérales : L'initiative contre le tabagisme serait rejetée
Actualisé

Votations fédérales L'initiative contre le tabagisme serait rejetée

L'initiative populaire contre le tabagisme passif aurait été rejetée si le vote prévu le 23 septembre avait eu lieu la semaine dernière, selon le deuxième sondage SSR.

Lors du précédent baromètre, publié mi-août, les trois objets remportaient encore un avis favorable. L'opinion a changé depuis concernant la protection contre le tabagisme passif, l'initiative de la ligue pulmonaire suisse étant désormais refusée par 52% des sondés (contre 36% mi-août) et ne reportant l'adhésion que de 41% (59%), précise mercredi la SSR. La part d'indécis a augmenté à 7% (5%).

Le rejet du texte, qui veut interdire tous les restaurants fumeurs et les fumoirs avec service, a particulièrement progressé en Suisse alémanique, à 53% de «non» contre 40% de «oui». Dans les cantons romands, où les règles sont d'ores et déjà plus strictes, les avis sont partagés: 47% des sondés sont pour; 46% contre. Au Tessin, l'initiative remporte toujours l'adhésion du plus grand nombre, avec 50% de voix favorables et 42% de «non».

Grand pourcentage d'indécis

La seconde initiative populaire soumise au peuple le 23 septembre est également en perte de vitesse. Seuls 46% des personnes interrogées la semaine dernière prévoient de voter pour la «sécurité du logement à la retraite», alors qu'elles étaient encore 55% lors du précédent sondage. Le «non» a progressé de 25% à 35%.

La formation de l'opinion n'est toutefois pas encore aussi avancée pour cet objet que pour l'initiative contre le tabagisme passif, souligne l'institut gsf.bern, mandaté pour réaliser l'enquête. Un sondé sur cinq est en effet encore indécis, une part «inhabituellement» élevée. L'avancée du «non» est toutefois «indéniable», estime l'institut. Et de rappeler qu'hormis l'UDC, tous les partis sont opposés à l'initiative.

Les deux texte connaissent ainsi un destin courant parmi les initiatives populaires, rappelle aussi gfs.bern. Selon son expérience, au cours d'une campagne de votations, la proportion de partisans a tendance à diminuer et celle d'opposants à augmenter.

«Oui» à la formation musicale des jeunes

Les chances d'acceptation de l'article constitutionnel en faveur de la formation musicale des jeunes ont pour leur part encore augmenté: 73% des personnes interrogées la semaine dernière ont déclaré avoir l'intention de glisser un «oui» dans l'urne, contre 68% mi-août. La part du «non» s'est réduite de 23% à 17%, alors qu'un sondé sur dix est toujours indécis.

Pour ce deuxième des trois sondages réalisés avant les votations, gfs.bern a interrogé entre le 3 et le 8 septembre 1404 personnes dans les trois principales régions linguistiques. La marge d'erreur est de +/- 2,7%.

(ats)

Ton opinion