Actualisé 13.03.2013 à 18:01

GenèveL'initiative de l'AVIVO sur les TPG retouchée

Dans un projet de loi adopté mercredi, le Conseil d'Etat genevois a apporté des retouches «par souci de cohérence» à l'initiative votée le 3 mars contre la hausse des tarifs des TPG.

Devant la presse, le président du Conseil d'Etat Charles Beer a parlé «d'une opération de bon sens». Le texte qui a été accepté par le peuple il y a dix jours a été bâclé au niveau de sa rédaction. Il conduit à des absurdités, comme la sortie du réseau tarifaire, qui ne sont nullement souhaitées par les initiants.

Le projet de loi rétablit ainsi les catégories junior pour les usagers jusqu'à 25 ans, afin de les rendre à nouveau compatibles avec les règles en vigueur en Suisse, alors que l'initiative exclut de la classe junior les jeunes de 18 à 25 ans. La notion «valable une heure» pour la carte journalière est aussi supprimée.

Les initiants d'accord

Ces corrections ont obtenu l'appui des initiants, a insisté M.Beer. «Nous respectons la volonté populaire qui est de baisser les tarifs», a de son côté souligné la conseillère d'Etat Michèle Künzler, responsable du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'envrionnement, et ministre de tutelle des TPG.

Le projet de loi sera maintenant soumis au Grand Conseil qui est devenu seul compétent pour fixer les tarifs des transports publics, comme le stipule l'initiative de l'AVIVO. Il appartiendra aux députés d'accepter ou de rejeter les propositions du Conseil d'Etat. Les nouveaux tarifs devraient entrer en force début mai.

Ces baisses de tarifs ont un coût pour les TPG, a rappelé Mme Künzler. Rien que la réintroduction dans la classe junior pour les 18-25 ans fera perdre 3 millions de francs de recettes à l'entreprise de transport. Or «nous ne voulons pas diminuer les prestations, mais les maintenir», a déclaré Mme Künzler.

Gagner en efficience

La solution passera probablement par une amélioration de l'efficacité des TPG. La création d'une voie de bus sur le pont du Mont-Blanc a par exemple permis de faire gagner 3 millions de francs à la régie. Des mesures sur la priorisation des transports publics dans la circulation sont notamment à l'étude.

La votation sur l'initiative de l'AVIVO fait l'objet d'un recours du parti Pirate. Le texte sur lequel les Genevois ont voté ne correspond en effet pas exactement au texte qui a été signé. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!