Familles: L'initiative de l'UDC réduit l'intérêt du double revenu
Actualisé

FamillesL'initiative de l'UDC réduit l'intérêt du double revenu

Si l'initiative de l'UDC sur la fiscalité des familles est acceptée, le modèle du double revenu serait encore moins attractif, selon une étude.

Aujourd'hui, l'activité rémunérée des deux parents n'est rentable financièrement que jusqu'à un certain niveau. Si l'initiative de l'UDC est acceptée, le modèle du double revenu serait encore moins attractif. C'est la conclusion d'une étude commandée par l'Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH).

Comme souvent avec les initiatives populaires, la mise en pratique du contenu n'est pas encore claire. Le texte demande que les parents qui s'occupent eux-mêmes de leurs enfants puissent bénéficier d'une déduction d'impôts. Celle-ci devrait être d'une valeur similaire à celle dont profitent les parents qui placent leur progéniture dans une crèche.

La mise en pratique la plus probable est celle d'un forfait pour tous les parents d'enfants de moins de 15 ans. L'étude menée par le bureau de consultants Infras se base sur les déductions actuelles en vigueur à Bâle et à Zurich. Les montants maximums dans ces villes atteignent respectivement 10'000 et 6500 francs pour l'année dernière.

Moins d'argent pour plus de travail

L'étude arrive à la conclusion que le modèle de double revenu pour une famille aux salaires bas ou moyen à Zurich continuera d'être rentable seulement si le deuxième conjoint travaille au plus à 60%. Pour un pensum de 80%, la famille disposera en revanche de moins d'argent au final, une fois les impôts et les frais de garde payés, comme c'est déjà le cas aujourd'hui.

Avec l'introduction d'une déduction forfaitaire pour tous les ménages avec enfants, cette incidence négative sera encore renforcée: dans le canton de Zurich, un ménage à deux revenus où le deuxième conjoint est actif à 80%, perd aujourd'hui 100 francs par rapport à une situation où il travaillerait à 60%. Avec le système d'une déduction forfaitaire, cette différence s'élèvera à 250 francs.

Une déduction au forfait aura de grosses conséquences pour des familles à deux revenus à Bâle. Aujourd'hui, un ménage dispose dans la moyenne de davantage d'argent à la fin de l'année si le deuxième revenu a une activité de 80% au lieu de 60%. Mais avec le nouveau système, la perte pourrait se monter à 1200 francs.

Les femmes visées

Si le taux d'activité plus élevé devient moins attractif financièrement, le deuxième conjoint - des femmes en majorité - renoncera à travailler, conclut l'étude.

L'UDC se défend de vouloir ramener les femmes aux fourneaux. Mais en même temps, le parti affirme clairement que les enfants ont besoin d'une personne de référence qui leur apporte chaleur et sécurité. Pour l'UDC, il peut s'agir hormis les parents des grands-parents, d'autres membres de la famille voire des amis.

La Suisse affiche l'un des plus hauts taux d'emploi des femmes en Europe avec 79%. Toutefois, plus de la moitié des femmes actives travaillent à temps partiel. (ats)

Ton opinion