Actualisé 11.03.2013 à 10:48

Suisse

L'initiative populaire «AVSplus» lancée

La récolte des signatures pour l'initiative populaire «AVSplus», réclamant une augmentation des rentes vieillesse de 10%, débute officiellement mardi.

La dernière hausse réelle des rentes date de 1975, a indiqué le président de l'Union syndicale suisse (USS) et conseiller aux Etats Paul Rechsteiner lundi devant la presse. Après 40 ans, il est temps de les améliorer de nouveau.

L'initiative «AVSplus: pour une AVS forte» demande un supplément de 10%, représentant en moyenne 200 francs de plus par mois pour les rentiers seuls et 350 francs pour les couples mariés. Elle se veut une réponse aux projets du gouvernement qui vont entraîner une dégradation de la prévoyance vieillesse, a souligné M.Rechsteiner. Les organisations syndicales, l'AVIVO, les Verts et le PS espèrent parvenir à déposer les 100'000 paraphes avant la fin de l'année.

Rentes trop basses

«Dans notre pays riche, on oublie trop souvent que l'AVS est indispensable à 80% des retraités et que près de deux sur dix d'entre eux ont un revenu inférieur à 2550 francs par mois», a relevé Christiane Jaquet-Berger, présidente de l'Association des vieillards, invalides, veuves et orphelins (AVIVO).

Même si la constitution affirme que l'AVS «doit couvrir les besoins vitaux», on en est encore loin, puisque la rente mensuelle minimale se limite à 1160 francs par mois, a-t-elle rappelé. Nombre de personnes reçoivent une rente trop petite pour vivre dignement, a renchéri la coprésidente du syndicat Unia Vania Alleva.

Pour elle, «un pays riche comme le nôtre - 320'000 millionnaires y vivent - peut et doit se permettre des rentes décentes». Il n'est pas acceptable que des personnes qui ont travaillé durement toute leur vie, contribuant au succès des entreprises suisses, ne puissent pas vivre de leur rente une fois à la retraite.

3,6 milliards de francs

L'initiative se contente d'exiger un supplément de 10% sur les rentes, sans prescrire le financement. La réalisation du texte coûterait 3,6 milliards de francs, a estimé Paul Rechsteiner. Cela correspond à une cotisation salariale de 1,1% (à raison de moitié pour l'employé ou l'employeur).

Mais l'introduction d'un impôt fédéral sur les successions - réclamé par une autre initiative populaire - rapporterait 2 milliards, selon l'USS. Et si l'impôt sur le tabac profitait directement à l'AVS au lieu de transiter par les caisses fédérales, ce seraient 2,2 milliards supplémentaires pour le 1er pilier. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!