Actualisé 14.12.2009 à 14:12

Votations fédéralesL'initiative pour un avocat des animaux est «inutile et dépassée»

La conseillère fédérale Doris Leuthard a plaidé lundi contre l'initiative qui veut obliger les cantons à instituer un avocat pour défendre les intérêts des animaux maltraités.

Doris Leuthard juge «inutile et dépassé» le texte soumis au vote le 7 mars prochain. La nouvelle loi sur la protection des animaux a déjà apporté les améliorations nécessaires.

«Le Conseil fédéral n'est pas contre l'instauration d'avocats pour les animaux», a précisé devant la presse Doris Leuthard. Il ne voit toutefois aucune raison de forcer les cantons à mettre en place une telle institution, d'autant qu'ils en ont déjà la possibilité. Pour l'instant, seul Zurich l'a fait, en 1991.

La nouvelle loi sur la protection des animaux, entrée en vigueur depuis plus d'un an, a par ailleurs répondu au but visé par l'initiative, a relevé la ministre de l'économie. Les cantons sont désormais tenus de mettre en place un service spécialisé dans la protection des animaux et de poursuivre pénalement les infractions intentionnelles aux dispositions légales.

Le nombre de cas de maltraitance animale portés devant les tribunaux a augmenté depuis, même s'il existe de grandes différences selon les cantons. Il s'agit de faire évoluer les mentalités, a déclaré Doris Leuthard.

Prévenir plutôt que guérir

Pour la ministre de l'économie, l'initiative passe en outre à côté de l'essentiel, qui est d'empêcher la maltraitance. Les avocats pour animaux n'interviennent que lorsque le mal est fait. Il faut au contraire mettre l'accent sur la prévention, en améliorant la formation et l'information. Bon nombre de privés maltraitent en effet leurs animaux par ignorance de leurs besoins.

Lancée par la Protection suisse des animaux, l'initiative populaire «contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers» a abouti en été 2007 avec près de 145.000 signatures valables. Elle demande de mettre en place, dans chaque canton, des avocats pour animaux. Ceux-ci pourront enquêter et représenter les victimes devant les tribunaux. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!