Psychologie: l'instinct comme facteur décisionnel
Actualisé

Psychologiel'instinct comme facteur décisionnel

Se fier à son instinct ou s'en remettre à la raison? La psychologie de l'investisseur donne des informations instructives pour agir de manière rationnelle et efficace sur le marché.

A la base de chaque investissement, il y a la détermination du profil personnel de l'investisseur. Sur cette base, les investissements devraient être stratégiques.

A la base de chaque investissement, il y a la détermination du profil personnel de l'investisseur. Sur cette base, les investissements devraient être stratégiques.

Les décisions de placement ne sont pas uniquement déterminées par l'optimisation rationnelle du bénéfice. Souvent, l'instinct joue un rôle important dans la prise de décisions. La réussite d'un investissement passe par conséquent également par la prise de conscience de cet obstacle que sont les émotions.

Etablir un profil d'investisseur avant d'investir

Une stratégie de placement établie individuellement est le point de départ de tout investissement. Elle doit se baser sur un profil d'investisseur personnel tenant compte de la disposition à prendre des risques, de la capacité de risque et de l'horizon de placement. Cette stratégie détermine alors la composition du portefeuille. Les achats tactiques ne représentent qu'une part infime des décisions de placement et ne se font pas, par conséquent, au détriment de la propre stratégie. En d'autres termes: agir de manière stratégique et non tactique permet généralement d'éviter des pertes.

Ne pas aggraver inutilement les pertes

Souvent, les investisseurs s'orientent en fonction de valeurs numériques telles que le cours initial. En cas d'évolution négative, ils se cramponnent au titre jusqu'à ce qu'il atteigne au moins de nouveau son cours initial. Les investisseurs ne réalisent pas qu'ils subissent de petites pertes et risquent par conséquent que ces dernières s'alourdissent. Il est donc important de se fixer des objectifs avant de réaliser un investissement et de les conserver même en cas d'évolution négative du marché. Il est rare d'acheter ou de vendre au moment le plus opportun, même si l'on est intimement convaincu du contraire.

Maintenir la stratégie ou l'adapter

Le potentiel d'un titre est évalué en fonction de scénarios antérieurs, mais il n'existe aucune garantie pour son évolution future. Les investisseurs ont cependant souvent du mal à prendre de nouvelles décisions dans un contexte d'incertitude. Il ne s'agit en aucun cas de réaliser de nombreux achats ou ventes tactiques afin de réduire les pertes, par exemple par des rachats en cas d'évolution négative du marché. Il est bien plus sensé, soit de s'en tenir à la stratégie fixée, soit de l'adapter aux nouveaux besoins et aux nouvelles conditions.

Tenir compte des différentes informations

Un autre phénomène très répandu est la perception très sélective des informations par les investisseurs. Les informations qui viennent contredire l'approche choisie sont soit ignorées, soit réinterprétées de façon positive. Il est possible d'y remédier en gardant une saine distance par rapport aux décisions prises, en tenant compte et en agissant en fonction du plus grand nombre d'informations pertinentes possible. Le cas échéant, le potentiel d'un scénario doit être réévalué et, si nécessaire, une revente envisagée tant que les pertes sont encore limitées.

Evaluer correctement ses propres compétences

Les investisseurs ont souvent tendance à surestimer leurs propres compétences. Ainsi, ils s'attribuent souvent le mérite des bénéfices réalisés tout en rejetant la responsabilité des pertes sur des événements extérieurs. En bref: les propres compétences de placement sont évaluées de manière trop optimiste. Les décisions en matière d'investissement des autres acteurs du marché sont insuffisamment prises en compte, ce qui peut compromettre la propre réussite. Attention: vous n'êtes pas seul sur le marché. Les attentes des autres acteurs du marché sont intégrées dans les cours et influent en outre sur d'autres investisseurs. Les comportements moutonniers peuvent cependant entraîner la formation de bulles d'investissement et aboutir finalement à des krachs boursiers.

Raison et instinct

On peut globalement affirmer que la raison est rarement le principal moteur des décisions d'achat et de vente. De manière consciente ou inconsciente, l'instinct joue également un rôle. Il suffit d'en être conscient pour garder la tête froide même en cas de chute ou de flambée des cours. Une mise en application systématique ou une adaptation lucide de la propre stratégie de placement permet généralement d'obtenir les meilleurs résultats.

Plus d'info: PostFinance/Placements (20 minutes)

Ton opinion