L'interrogatoire des accusés se poursuit
Actualisé

L'interrogatoire des accusés se poursuit

Le procès pénal de la catastrophe d'Ueberlingen s'est poursuivi mercredi devant le Tribunal de district de Bülach (ZH) avec l'interrogatoire des accusés.

Mardi, trois cadres de Skyguide avaient essentiellement rejeté la responsabilité du drame sur le contrôleur aérien en service ce 1er juillet 2002. Ce contrôleur avait ensuite été tué par un ressortissant Russe qui avait perdu sa famille dans l'accident. Le responsable du centre de contrôle régional de la société Skyguide avait notamment expliqué que la situation au moment du drame n'avait rien d'extraordinaire. Selon lui, il est tout à fait normal qu'un seul contrôleur aérien ait à charge trois appareils en même temps.

Le responsable du système a déclaré mercredi que l'aiguilleur qui était de service au moment de la collision était au courant des travaux de maintenance et de leurs conséquences. Le contrôleur avait dû donner son accord au déclenchement de certains systèmes, selon le responsable des systèmes. Le radar principal et la ligne téléphonique principale avaient été déclenchés mais la ligne de secours était en fonction, bien qu'elle n'ait pas été testée. La ligne n'avait pas fonctionné, toutefois, lors d'un message relatif à un appareil en retard sur l'aéroport de Friedrichshafen. L'aiguilleur s'en était irrité, selon ses propres dires, de sorte qu'il n'avait pas accordé assez d'attention aux avions entrés par la suite en collision.

Les accusés du procès pénal de la catastrophe d'Ueberlingen doivent répondre d'homicide par négligence et d'entrave à la circulation publique par négligence lors des événements qui avaient coûté la vie à 71 personnes, dont dont 45 enfants russes. (ap)

Ton opinion