Actualisé 23.04.2006 à 22:43

L'Irak tient son chef d'Etat

Le chiite Jawad al-Maliki se trouvait hier face au défi de former un gouvernement irakien fort pour maîtriser la violence et contrôler les milices.

Choisi samedi par le Conseil présidentiel, il dispose de trente jours pour mener sa tâche à bien. Homme de poigne réputé sectaire, M. Maliki a proposé dès sa nomination d'intégrer au sein de l'armée nationale les milices. Celles-ci sont accusées par les sunnites d'avoir provoqué une récente flambée de violences confessionnelles qui a nécessité quatre mois de tractations.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!