Attentats suicides: L'Iran accuse les pays occidentaux
Actualisé

Attentats suicidesL'Iran accuse les pays occidentaux

L'Iran a accusé samedi les pays occidentaux et Israël d'être derrière le double attentat suicide qui a fait 27 morts jeudi dans le sud-est du pays.

Un double attentat suicide avait fait 27 morts jeudi dans le sud-est du pays.

Un double attentat suicide avait fait 27 morts jeudi dans le sud-est du pays.

«Les responsables de ce crime ont été entraînés et équipés hors des frontières et ils sont ensuite venus en Iran», a déclaré le vice-ministre de l'Intérieur Ali Abdollahi, dans des propos diffusés samedi sur le site internet de la télévision d'Etat.

«Cet acte terroriste aveugle a été perpétré par les mercenaires du &monde arrogant&», terminologie qui désigne les puissances occidentales, a-t-il dit.

«Ceux qui ont planifié ce crime et équipé ceux qui l'ont perpétré doivent avoir conscience qu'ils sont tenus pour responsables», a ajouté M. Abdollahi, exhortant l'Afghanistan et le Pakistan voisins à «surveiller leurs frontières».

L'attaque, qui a également fait plus de 250 blessés, a visé la mosquée Jamia, à Zahedan, chef-lieu de la province du Sistan-Balouchistan. Elle a été revendiquée par le groupe sunnite extrémiste Joundallah, qui a affirmé avoir voulu frapper les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime.

Le ministre de l'Intérieur Mostafa Mohammad Najjar a pour sa part accusé samedi Israël, ennemi juré de la République islamique.

«Les actes terroristes des sionistes ont un certain nombre d'objectifs, dont celui de créer des divisions entre les chiites et les sunnites», a déclaré M. Najjar, cité par l'agence Isna. Il a ajouté que les services de renseignement iraniens et l'appareil de sécurité avaient «la situation en main».

Téhéran accuse régulièrement le Joundallah d'être entraîné et équipé par les services de renseignement américains, israéliens, britanniques, mais aussi pakistanais dans le but de déstabiliser le pouvoir central iranien.

Les capitales occidentales, dont Washington, ont condamné le double attentat, mais le responsable du bureau politique des Gardiens de la Révolution, Yadollah Javani, avait fait état vendredi de leur possible implication.

«On ne peut pas exclure l'intervention directe de l'Amérique, des sionistes ou d'autres pays occidentaux dans les explosions», avait-il affirmé.

Samedi, la foule s'est rassemblée à Zahedan pour assister aux obsèques des victimes. Réunis devant la mosquée Jamia, ils devaient se rendre en procession jusqu'au principal cimetière.

«Ceux qui ont commis ces actes terroristes ne sont ni chiites ni sunnites», indiquait une banderole, alors que la foule chantait: «mort aux terroristes», a rapporté l'agence officielle Irna.

Les rebelles du Joundallah, en lutte depuis 10 ans contre le pouvoir central, sont des sunnites appartenant à l'ethnie balouche, qui représente une importante part de la population du Sistan-Balouchistan.

(afp)

Ton opinion