Actualisé

Syrie L'Iran demande de l'aide pour libérer les otages

L'Iran a demandé mardi l'aide du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon pour la libération des pèlerins et travailleur humanitaires iraniens enlevés récemment en Syrie et en Libye.

En Syrie, les rebelles s'étaient emparés samedi de 48 Iraniens, dont trois sont morts depuis.

Cette demande d'assistance à l'Onu a été présentée par le ministre iranien des Affaires étrangères. Elle intervient au lendemain de la convocation par le ministère iranien des Affaires étrangères d'un diplomate de l'Ambassade de Suisse à Téhéran, en tant que représentant des intérêts des Etats-Unis en Iran, pour discuter des Iraniens portés disparus en Syrie.

A New York, un porte-parole des Nations unies a confirmé la réception de la lettre du ministre iranien, mais n'a pas donné de réponse immédiate.

Des rebelles syriens accusent l'Iran de soutenir militairement Bachar al Assad et se sont emparés samedi d'un autocar transportant 48 Iraniens. Téhéran dit que ce sont des pèlerins qui se rendaient à un sanctuaire du chiisme, démentant les suggestions les présentant comme du personnel militaire venu aider Bachar al Assad à réprimer la rébellion.

Lundi, un porte-parole de la rébellion syrienne a déclaré que trois des Iraniens avaient été tués dans une frappe aérienne du gouvernement et que les autres seraient exécutés si les attaques ne cessaient pas. Depuis, on ne sait plus rien de leur sort.

En Libye, sept représentants du Croissant-Rouge iranien ont été enlevés le 31 juillet par un groupe armé inconnu dans la ville de Benghazi. Il s'agit de la plus importante opération de ce type contre des étrangers depuis le début de la révolte qui a permis la chute de Mouammar Kadhafi.

Selon le Tehran Times, un haut responsable iranien a déclaré lundi à un diplomate suisse que le gouvernement américain était responsable de la protection des vies des Iraniens kidnappés compte tenu du soutien apporté par les Etats-Unis à l'opposition syrienne.

Le porte-parole du département d'Etat Patrick Ventrell a indiqué que l'Iran avait convoqué le diplomate suisse, mais dit que les Etats-Unis n'avaient pas reçu de correspondance officielle de l'Iran sur la question. Il n'a pas voulu donner d'autres détails.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!