Bagdad (Irak): L'Iran fait une contre-proposition
Actualisé

Bagdad (Irak)L'Iran fait une contre-proposition

L'Iran a fait une contre-proposition en cinq points aux grandes puissances lors des négociations nucléaires de Bagdad.

L'Iran est au coeur des discussions à Bagdad.

L'Iran est au coeur des discussions à Bagdad.

Un membre de la délégation iranienne, qui a requis l'anonymat, a ajouté que les négociations allaient se poursuivre mercredi soir et jeudi dans la capitale irakienne.

«L'Iran a fait une contre-proposition en cinq points lors du premier round des négociations avec le groupe 5 1. Nos propositions sont basées sur le Traité de non prolifération, le principe de pas-à-pas et la réciprocité acceptés à Istanbul», lors des précédentes discussions en avril, a-t-il précisé.

«Nous attendons la réponse de l'autre partie lors de la seconde session des négociations ce soir», a-t-il ajouté, en allusion aux représentants du groupe «5 1» (les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU: Etats-Unis, Russie, Chine, France, et Grande-Bretagne, plus l'Allemagne) et de l'Union européenne.

«Les négociations vont se poursuivre jeudi», a poursuivi le responsable, soulignant qu'entre-temps, il y aura des rencontres bilatérales avec Mme Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, mais aussi avec le représentant de la Chine.

«Réviser» leur offre

L'Iran a demandé aux grandes puissances de «réviser» leurs propositions nucléaires pour permettre la tenue d'une nouvelle série de négociations après celle de Bagdad, a déclaré mercredi un membre de la délégation iranienne au terme d'une journée de discussions.

«L'autre partie doit accepter de réviser ses propositions (...) Les points communs ne sont pas encore suffisants pour poursuivre les négociations» après Bagdad, a-t-il déclaré sous le couvert de l'anonymat.

«Il faut arriver à des points communs, des bases communes à Bagdad pour avoir un accord en vue de l'après-Bagdad. Sinon de quoi allons nous discuter», a-t-il dit. «Mais pour la partie occidentale, cela ne semble pas très important et elle veut poursuivre les négociations à tout prix. Ce n'est pas notre position».

Selon ce responsable, le chef de la délégation iranienne Saïd Jalili et la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, devaient avoir une rencontre bilatérale mercredi soir avant de reprendre les négociations en séance plénière jeudi.

Ali Bagheri, le numéro deux de la délégation iranienne, et Helga Schmid, l'adjointe de Mme Ashton, se sont rencontrés plus tôt. M. Bagheri a donné des précisions sur la contre-proposition iranienne, a dit le même responsable.

A Washington, la porte-parole du Département d'Etat Victoria Nuland a dit que les «propositions comprennent des mesures de confiance (...) qui permettraient à l'Iran de démontrer que son programme nucléaire a un objectif pacifique et de se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité».

«Cette approche comprend également des actes pas-à-pas et réciproques avec pour objectif d'entreprendre, en ce qui nous concerne, des actions à court terme si l'Iran accomplit ses propres pas», a-t-elle dit. Dans cette perspective, «l'Iran fera des pas et ensuite nous ferons quelques

(afp)

Barak appelle à ne pas «céder au dernier moment»

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a invité mercredi les puissances mondiales à faire preuve de fermeté à l'égard de Téhéran, alors que se tient à Bagdad une importante réunion sur le programme nucléaire controversé de l'Iran.

«A Bagdad, il faut se méfier que grâce à des concessions partielles, l'Iran ne parvienne à éviter un renforcement des sanctions», a mis en garde M. Barak, estimant dans une interview à la radio publique que «sans un renforcement des sanctions actuelles, l'Iran continuera son programme» nucléaire. «Il ne faut pas céder au dernier moment, baisser les bras ou capituler», a-t-il ajouté, avant le début de la réunion.

Israël a accueilli avec beaucoup de scepticisme l'annonce mardi par le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano qu'un accord visant à lever les incertitudes sur la nature du programme nucléaire iranien serait signé prochainement entre l'agence et l'Iran.

Ton opinion