L'Iran refuse d'obtempérer sur le dossier nucléaire

Actualisé

L'Iran refuse d'obtempérer sur le dossier nucléaire

L'ambassadeur d'Iran justifie le refus de son pays d'obtempérer aux injonctions de l'ONU sur le dossier nucléaire.

«La résolution 1696 est injuste», elle «n'a pas de base juridique» et «a été adoptée sous des motifs politiques», a déclaré vendredi l'ambassadeur de la République islamique d'Iran Ali Ahani pour expliquer le refus de son pays de stopper son programme d'enrichissement de l'uranium comme le lui demande l'ONU.

Ali Ahani a confirmé sur France-Info l'intention iranienne de continuer ses «activités tout à fait pacifiques sous la surveillance et la contrôle bien précis de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA)».

Il a affirmé que l'Iran, signataire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) a «bien repecté les réglementations internationales» et n'a «rien fait contre ce traité».

«Nous insistons sur le règlement des choses par la négociation et par le chemin diplomatique mais si jamais» les Etats-Unis décidaient d'attaquer l'Iran, «nous sommes bien disposés, nous sommes bien capables de nous défendre et de faire face à n'importe quelle menace», a-t-il prévenu.

L'ambassadeur a par ailleurs défendu son président Mahmoud Ahmadinejad, dont les multiples déclarations de provocation à l'égard de l'Etat hébreu ont ému l'opinion internationale à plusieurs reprises. «Il n'a pas dit qu'il veut rayer Israël de la carte», a-t-il affirmé, «il a dit que ce sont les politiques du régime israélien et ses attitudes agressives» qui vont «aboutir à être rayé de la carte, sauf s'ils changent», a-t-il affirmé, rappelant qu'Israël «n'a pas du tout respecté les résolutions du Conseil de sécurité», ni «les droits des Palestiniens».

Ali Ahani a cependant éludé la question de la reconnaissance d'Israël par l'Iran. Il a revendiqué le «rôle stabilisateur et calmant» de son pays, «en Afghanistan, en Irak et aussi au Liban». «Nous ne cherchons pas du tout la confrontation, parce que nous croyons que la stabilité et la paix sont dans l'intérêt de tout le monde», a-t-il déclaré.

Répondant à l'accusation formulée contre l'Iran de fournir des armes au Hezbollah libanais, Ali Ahani a observé qu'il n'existe aucune preuve de cela. «Nous avons toujours soutenu le Hezbollah au point de vue politique et spirituel parce qu'il lutte contre l'occupation» du territoire libanais «et pour libérer» ce territoire, a-t-il reconnu. «Nous continuons bien entendu ce soutien parce que c'est leur droit légitime», a-t-il ajouté, réfutant l'accusation d'ingérence. (ap)

Ton opinion