Méditerranée: L'Italie dément le naufrage d'un bateau de migrants
Actualisé

MéditerranéeL'Italie dément le naufrage d'un bateau de migrants

Les gardes-côtes italiens ont affirmé lundi que l'embarcation qui transportait des réfugiés en mer Méditérranée n'a pas chaviré. Les passagers du canot auraient été mis en sûreté par la Libye.

1 / 131
Le bébé d'une migrante africaine est né et mort pendant la traversée entre l'Afrique et l'archipel espagnol des Canaries, à bord d'une embarcation de fortune. (Mercredi 8 janvier 2019) (Image d'illustration)

Le bébé d'une migrante africaine est né et mort pendant la traversée entre l'Afrique et l'archipel espagnol des Canaries, à bord d'une embarcation de fortune. (Mercredi 8 janvier 2019) (Image d'illustration)

AFP
Un navire garde-côte de la marine marocaine a secouru 70 migrants subsahariens en difficulté à bord d'une embarcation de fortune en Méditerranée. Il a repêché 7 corps. (16 décembre 2019)

Un navire garde-côte de la marine marocaine a secouru 70 migrants subsahariens en difficulté à bord d'une embarcation de fortune en Méditerranée. Il a repêché 7 corps. (16 décembre 2019)

AFP
L'Italie a autorisé mardi soir l'arrivée de deux navires d'ONG humanitaires transportant des migrants secourus en Méditerranée. (3 décembre 2019)

L'Italie a autorisé mardi soir l'arrivée de deux navires d'ONG humanitaires transportant des migrants secourus en Méditerranée. (3 décembre 2019)

AFP

Le naufrage en mer Méditerranée d'un bateau chargé de migrants, annoncé la veille par l'ONG allemande Sea-Watch International, a été démenti lundi par les gardes-côtes italiens. Deux autres embarcations sont toujours en danger dans les eaux maltaises.

Dès samedi, Sea-Watch avait alerté sur la situation de quelque 260 migrants embarqués sur quatre bateaux navigant entre la Libye, Malte et l'Italie. L'ONG avait ensuite fait savoir que l'un des bateaux avait «chaviré». Le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU et l'Office international pour les migrations (OIM) avaient alors exprimé leur préoccupation.

«Au sujet du naufrage présumé (...) annoncé par l'ONG Sea-Watch, nous informons que l'embarcation repérée par un avion de (l'agence européenne de contrôle des frontières) Frontex (...) était un canot pneumatique à la dérive dans la zone de recherche et secours libyenne», a cependant écrit le corps italien des garde-côtes dans un communiqué lundi.

Selon les garde-côtes, l'embarcation «sans moteur» a «vraisemblablement été l'objet d'une intervention de secours de la part des autorités compétentes libyennes». Celles-ci l'auraient ensuite «laissée dériver» après avoir «mis en sûreté les migrants qui se trouvaient à bord».

«Incident ancien»

Après le communiqué des garde-côtes italiens, Frontex a à son tour assuré que ce bateau était «lié à un incident ancien, lors duquel des migrants ont été secourus et le canot pneumatique laissé vide et à la dérive».

Dans la matinée, le ministre maltais des Affaires européennes et étrangères Evarist Bartolo avait lui aussi démenti le naufrage. «Nous avons eu confirmation que les allégations selon lesquelles un bateau transportant des dizaines de migrants aurait coulé dans la zone de recherche et secours maltaise étaient infondées», a-t-il écrit sur Facebook.

Quatre bateaux de migrants

Dans son communiqué, Frontex a expliqué avoir repéré «depuis vendredi» en Méditerranée centrale «quatre bateaux avec des migrants à bord». «Lundi matin, ces quatre bateaux étaient localisés. Deux sont arrivés en Sicile et deux sont toujours dans la zone de recherche et secours maltaise», a écrit l'organisation.

Dimanche, une centaine de migrants ont en effet débarqué à Pozzallo, à la pointe sud de la Sicile. Et lundi, Frontex a fait savoir qu'un autre navire était arrivé à Porto Palo, dans la même région.

Deux embarcations à proximité de Malte

Mais deux autres bateaux sont donc toujours à proximité de Malte, et l'un d'entre eux a été approché par l'Aita Mari, le navire de l'ONG espagnole SMH. «Ce matin nous avons localisé une embarcation avec 47 personnes à bord. Il y a six personnes gravement déshydratées, et une femme enceinte», a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'association.

En fin d'après-midi, le même porte-parole a ensuite fait savoir à l'AFP que les autorités maltaises avaient «donné l'ordre» à l'ONG «de faire monter les gens dans le bateau». «Ils vont envoyer un hélicoptère avec un médecin pour évaluer l'état des personnes», a-t-il ajouté.

En pleine crise du nouveau coronavirus, Malte et l'Italie ont officiellement fermé leurs ports aux migrants, une décision dénoncée par les ONG de défense des migrants. Les autorités maltaises ont toutefois secouru vendredi un bateau avec 67 migrants, ensuite placés en quarantaine. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion