Rome: L'Italie va juger un ex-dictateur bolivien
Actualisé

RomeL'Italie va juger un ex-dictateur bolivien

La justice italienne a décidé d'initier un procès par contumace contre Luis Garcia Meza, mis en cause pour sa participation présumée à la mort de 43 opposants d'origine italienne.

Garcia Meza, 86 ans, au pouvoir de 1980 à 1981, condamné pour crimes contre l'Humanité et emprisonné dans un hôpital militaire à La Paz, sera jugé à Rome avec 32 autres ex-militaires et civils de Bolivie, du Chili, du Pérou et d'Uruguay.

La justice italienne a lancé le 12 février la première audience en Europe de ce procès contre le plan Condor, dispositif de coordination de la répression dans plusieurs pays pendant les dictatures militaires des années 1970 et 80 (Brésil, Argentine, Chili, Uruguay, Bolivie, Paraguay).

La notification judiciaire a été adressée à l'accusé via le gouvernement bolivien, bien que le général Garcia Meza ait refusé de la recevoir personnellement dans sa chambre d'hôpital, où il purge depuis 1995 une peine de 30 ans de prison pour crimes contre l'Humanité.

Autres accusés

La plupart des accusés seront jugés en leur absence, à l'exception de l'Uruguayen Nestor Troccoli, capitaine de navette titulaire d'un passeport italien.

Parmi eux figurent l'ex-ministre de l'Intérieur bolivien Luis Arce Gomez, l'ex-Premier ministre péruvien Pedro Richter Prada, l'ex-chef des services secrets chiliens Juan Manuel Contreras et le général Francisco Morales Bermudez, président du Pérou pendant cinq ans.

Parmi les victimes figuraient 20 Uruguayens, 13 Italo-Uruguayens, six Italo-Argentins, et quatre Italo-Chiliens. L'Etat uruguayen s'est porté partie civile de même que des associations des droits humains. (ats)

Ton opinion