PHOTO: L'objectif sublime l'absurdité d'un régime autoritaire
Actualisé

PHOTOL'objectif sublime l'absurdité d'un régime autoritaire

Saparmourad Niazov, nommé président à vie du gouvernement turkmène en 1999, s'appuya jusqu'à sa mort en 2006 sur les importants revenus générés par les richesses naturelles du pays pour mettre en place une spectaculaire propagande iconographique et un culte de la personnalité démesurés.

Dans «Love me Turkmenistan», le photographe genevois Nicolas Righetti a capturé de gigantesques palais de marbre, des statues monumentales et des imposantes enseignes à la gloire du «père de tous les Turkmènes», comme il avait naguère figé la Corée du Nord dans «Le dernier paradis».

Les clichés uniques du photographe de l'agence Rezo, agrémentés de citations du président turkmène, résonnent comme un témoignage de l'absurdité du culte de la personnalité de chefs d'Etat mégalomanes.

gma

«Love me Turkmenistan», Ed. Labor et Fides.

Nicola Righetti exposera au Musée du design de Zurich dès le 31 octobre, dans le cadre de l’exposition «Head to Head – Political Portraits»

Ton opinion