L'obligation de la muselière s'annonce rocambolesque
Actualisé

L'obligation de la muselière s'annonce rocambolesque

Muselière obligatoire: la mise en pratique de l'injonction prononcée par les autorités pose quelques questions.

Obliger 30 000 chiens à mettre une muselière est plus facile à communiquer en conférence de presse qu'à mettre en pratique. Lundi, le gouvernement a annoncé que le port de la muselière sera obligatoire dans une quinzaine de jours pour tous les chiens dans les parcs publics. Les chiens dits dangereux devront, quant à eux, la porter en permanence.

Hier, les boutiques spécialisées d'accessoires canins ont vu leurs stocks de muselières pris d'assaut. «Aujourd'hui, on ne vend rien que ça», confirme une vendeuse de l'enseigne Cats & Dogs aux Charmilles.

Avec l'achat de la muselière, interviennent les premières interrogations. Les parcs pour chiens sont-ils considérés comme des parcs publics? «C'est un problème que l'on a identifié. Pour le moment le règlement est en cours d'élaboration», informe une juriste du Département du territoire.

Autre question: que fait-on avec les chiens dont la morphologie ne permet pas le port de la muselière? Des races telles que le carlin, le pékinois ou le bouledog anglais ont le museau si enfoncé dans la face qu'il n'est pas possible de leur fixer une muselière. Pis, ces races sont sujettes à des problèmes respiratoires.

Enfin, l'Office vétérinaire fédéral (OFV) rappelle qu'une muselière employée de manière systématique peut rendre certains chiens plus agressifs, a relevé Cathy Maret, porte-parole de l'OVF.

Renaud Bournoud/ats

Ton opinion