Actualisé 19.10.2009 à 19:18

Réussite de Jenson Button

L'oeuvre de Ross Brawn aussi

Les titres de champions du monde de Jenson Button (pilotes) et de l'écurie Brawn GP (constructeurs) dimanche au Grand Prix du Brésil constituent un triomphe pour Ross Brawn, ingénieur hors pair et propriétaire de la formation, sans qui ce triomphe aurait été impossible.

A 54 ans, le Britannique peut se féliciter d'avoir fait le forcing pour reprendre l'écurie Honda quand le constructeur japonais a décidé de se retirer de la F1 en décembre 2008. Plusieurs acheteurs s'étaient alors présentés, mais Brawn a finalement raflé la mise, à quelques semaines du début de la saison.

L'ancien directeur général de la structure savait que Honda avait sacrifié la saison 2008 pour développer la monoplace de 2009. D'où son obstination à reprendre l'écurie, que Honda lui a cédée pour une livre symbolique, tout en assurant le financement pendant les premiers mois.

Le constructeur japonais, qui a justifié son retrait par des raisons financières, doit s'en mordre les doigts. Car dès ses premiers tours de roue lors des derniers essais d'avant-saison à Barcelone, la Brawn GP s'est montrée sans égale.

«Brawn, on ne sait pas combien d'essence ils transportent, mais nous, même en roulant sans essence, nous n'arriverions pas à faire leurs temps», estimait alors l'Espagnol Fernando Alonso (Renault). «Tout en haut, très au-dessus de nous, il y a Brawn GP», renchérissait Nico Rosberg (Williams).

La première course de la saison, fin mars en Australie, annonce la couleur: doublé en qualifications et en course, première victoire pour Jenson Button. «C'est la première fois que j'ai vu Ross sans voix», se souvient le pilote britannique. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!