Valais: L'Office de l'asile boude les logements privés
Actualisé

ValaisL'Office de l'asile boude les logements privés

Un seul appartement sur les cinq mis à disposition par Léonard Gianadda pour les migrants est occupé. Son offre n'entre pas dans les plans du service cantonal.

par
frb

La générosité des privés n'est pas toujours exploitée. Jeudi, «Le Nouvelliste» révèle que sur les cinq appartements mis gratuitement à disposition de l'Etat par le mécène Léonard Gianadda, un seul a été mis à contribution par l'Office de l'asile. Son offre, initiée en mars 2015, s'étend sur cinq ans et a pour but de contribuer à l'accueil des réfugiés qui demandent l'asile en Suisse. «C'est dommage», regrette Léonard Gianadda, qui assure à nos confrères n'avoir reçu aucune autre demande du service concerné.

En fait, le Valais compte suffisamment de places d'accueil pour gérer le flux de migrants attribués au canton. «Notre parc immobilier est suffisant pour l'instant, explique Roger Fontannaz, chef de l'Office de l'asile. Nous recherchons plutôt des heures de bénévolat pour un accompagnement dans le quotidien.» En outre, il est plus facile d'assumer l'accueil de base dans des structures d'hébergement collectif plutôt que dans des appartements disséminés, a fortiori dans un canton alpin comme le Valais.

Le profil précis souhaité par le propriétaire des appartements, à savoir des familles syriennes de confession chrétienne, ne facilite pas les choses. «Nous n'avions pas de candidats avec un ou deux enfants qui pouvaient correspondre aux appartements trois pièces proposés», détaille Roger Fontannaz. Les prochaines attribution de la Confédération sont attendues prochainement. A noter que quatre autre requérants sont également logés chez d'autres privés dans le canton.

Autre canton, autre stratégie: au contraire de son homologue valaisan, l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) invite spontanément les citoyens à proposer des logements libres ou à héberger chez eux un migrant. La marche à suivre est directement accessible sur le site internet de l'EVAM.

Ton opinion