Football - Coupe de Suisse: L'ogre face au Petit Poucet en manque de confiance
Actualisé

Football - Coupe de SuisseL'ogre face au Petit Poucet en manque de confiance

Le FC Bâle fait figure de favori mercredi soir en demi-finale de Coupe de Suisse (20h15), même s'il devra jouer sur la pelouse de son adversaire, Saint-Gall.

Les Brodeurs traversent une crise sportive et auront besoin d'un gros exploit pour se hisser dans ce qui constituerait leur cinquième finale. Ils n'en ont gagné qu'une, en 1969.

Saint-Gall a en effet laissé une piètre impression lors des dernières rencontres, s'inclinant coup sur coup à Vaduz (1-3) et à Thoune (1-4). «Nous nous trouvons dans un trou et manquons cruellement de confiance», admet l'attaquant Albert Bunjaku. «On doit réagir ensemble. Nous avons commis beaucoup trop d'erreurs dans tous les domaines. On en a beaucoup parlé en recherchant les causes de cette mauvaise passe», explique-t-il.

Tout espoir n'est cependant pas perdu. «Le FC Saint-Gall n'est pas aussi mauvais que ce qu'il a montré dans les derniers matches. On l'a déjà prouvé plusieurs fois cette saison», glisse encore Bunjaku. De fait, les Bâlois doivent se méfier: sur les quatre rencontres perdues cette saison en Super League, deux l'ont été contre Saint-Gall. Les Brodeurs ont infligé au FCB son seul revers de l'exercice au Parc St-Jacques (14 août 2014/0-2) et ils ont aussi gagné chez eux en automne (4 octobre 2014/2-1).

L'adversaire idéal?

Bâle n'a d'ailleurs pas battu Saint-Gall cette saison, le troisième match s'étant conclu sur un nul 2-2 le 15 mars dernier à l'AFG Arena. «Le jeu des Rhénans semble nous convenir. Le FCB pratique un football ouvert et offensif. Et en Coupe, c'est différent, tout se joue sur un match. On est alléché par la perspective d'aller en finale. C'est une grande chance pour nous», estime l'entraîneur Jeff Saibene.

Pour lui, la clé de la rencontre est connue. «Nous devrons être flexibles sur le plan tactique. Nous avons pris des points contre Bâle cette saison en jouant différents systèmes.»

En face, Paulo Sousa fait preuve de prudence. «Saint-Gall n'aura rien à perdre. Une victoire contre nous peut donner un regard positif à leur saison. Ce sera un duel d'égal à égal, nous sommes avertis», affirme le technicien portugais.

Un point d'interrogation subsiste concernant la participation du capitaine Marco Streller, malade. Bâle recherchera une 20e qualification pour la finale. Les Rhénans ont gagné neuf fois le trophée, la dernière fois en 2012. (ats)

Ton opinion