Actualisé 23.02.2020 à 12:25

Canton de GenèveL'ombre des affaires plane sur l'élection communale

Le résultat du scrutin du 15 mars dans le canton de Genève pourrait être influencé par les scandales qui l'agitent depuis 2018.

Au total, 1863 candidats - 721 femmes et 1142 hommes - visent un des 938 sièges dans les conseils municipaux. (Photo d'illustration)

Au total, 1863 candidats - 721 femmes et 1142 hommes - visent un des 938 sièges dans les conseils municipaux. (Photo d'illustration)

Keystone

Les exécutifs et les délibératifs des 45 communes du canton seront renouvelés le 15 mars. Cinq mois après les élections fédérales, le résultat de ce scrutin pourrait à nouveau être influencé par les affaires qui secouent la République.

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a été frappé de plein fouet en automne 2018 par le scandale des notes de frais. Sur cinq membres, quatre ne se représentent pas, laissant le jeu ouvert pour les seize candidats en lice.

Prévenus dans cette affaire de note de frais, le PDC Guillaume Barazzone et le magistrat d'Ensemble à Gauche Rémy Pagani se retirent. Egalement impliquée, mais pas inquiétée par la justice, la Verte Esther Alder ne rempile pas. La socialiste Sandrine Salerno arrête après trois mandats, conformément aux statuts de son parti. Seul Sami Kanaan (PS) est en lice.

Depuis 1999, la droite, qui occupe un seul siège, se retrouve isolée à l'exécutif de la plus grande ville du canton. Pour tenter de percer ce bastion de gauche, le PDC lance deux candidates, l'UDC deux et le PLR mise sur Simon Brandt. Cet ancien ami de Pierre Maudet, qui tente de faire oublier cette proximité avec le conseiller d'Etat, a récemment été mis en prévention pour violation du secret de fonction.

En net recul depuis 2015, le MCG lance deux candidats, dont l'ex-conseiller d'Etat Luc Barthassat, qui a tourné le dos au PDC son parti d'origine. La gauche traditionnelle part groupée avec quatre candidats alors que l'extrême-gauche est à nouveau divisée. Ses deux candidats ne feront pas liste commune pour défendre le siège de Rémy Pagani.

La barre du quorum

Au niveau du Conseil municipal de la Ville de Genève, certains partis risquent de frôler le quorum. Sur la base des résultats aux élections fédérales en Ville de Genève, le PDC et le MCG se retrouveraient en dessous de la barre des 7%. Grands gagnants des fédérales, les Verts pourraient à nouveau faire un carton alors que les Verts'libéraux sont attendus au tournant.

Généralement bien implanté dans les communes, le PLR doit composer avec l'affaire Maudet qui a, selon plusieurs ténors du parti, déjà plombé les résultats des élections fédérales. Le PLR avait alors perdu un siège au Conseil national et n'avait pas réussi à ravir un fauteuil aux Etats.

Entente vacillante

Autre écueil pour le plus grand parti du canton, le vacillement de l'Entente qui rassemble le PLR et le PDC. Déjà remise en question avant les élections fédérales par le PDC, cette alliance n'a pas été reconduite dans plusieurs communes. C'est le cas notamment à Vernier, la deuxième ville la plus peuplée du canton, à Meyrin ou encore à Onex où le PDC a préféré d'autres alliés: les socialistes, les Verts et les Verts'libéraux.

Dans les petites municipalités, les clivages partisans sont moins nets. Ce sont souvent des associations de citoyens qui défendent des intérêts communs. Dans ce cas, la personnalité et le réseau des candidats sont déterminants.

Deuxième tour

Au total, 1863 candidats - 721 femmes et 1142 hommes - visent un des 938 sièges dans les conseils municipaux. S'agissant des exécutifs, ils sont 79 femmes et 261 hommes à briguer un des 137 mandats. Seuls les candidats qui décrochent plus de 50% des voix seront élus au premier tour.

Il faudra donc vraisemblablement attendre le 5 avril, date du second tour, pour connaître les nouveaux visages des exécutifs. A noter que dans une vingtaine de communes, l'élection est tacite étant donné que le nombre de candidats correspond au nombre de postes à pourvoir. C'est le cas notamment à Collonge-Bellerive et à Aire-la-Ville. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!