Genève : L'ONU condamne les violences en Syrie

Actualisé

Genève L'ONU condamne les violences en Syrie

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a une nouvelle fois fermement condamné vendredi à Genève l'escalade des violences et les atrocités en Syrie.

La résolution présentée par les Etats-Unis et la Turquie a été adoptée par 41 voix contre trois (Russie, Chine, Cuba) et trois abstentions. Le texte appelle à l'application urgente et immédiate de tous les éléments du plan en six points de Kofi Annan, sans condition préalable.

Il demande à la commission d'enquête internationale de continuer de rassembler les preuves des violations des droits de l'homme, dont celles qui pourraient constituer des crimes contre l'humanité, de manière à en traduire en justice les responsables.

Un amendement présenté par la Russie proposant que la résolution condamne également tous les actes de terrorisme en Syrie a été rejeté par 33 voix contre huit et six abstentions. En demandant le vote, la Russie a déclaré que la résolution «unilatérale» présentée par les Etats-Unis est en contradiction avec les résultats de la conférence de Genève, samedi dernier.

Appel aux forces de sécurité

L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Eileen Chamberlain Donahoe a souligné la nécessité d'accroître la pression sur le régime syrien pour qu'il mette fin aux violences, améliore l'accès des organisations humanitaires aux civils dans le besoin et assure un accès sans entraves à la commission d'enquête.

Elle a lancé un appel aux forces de sécurité syriennes: «Ne laissez pas Assad abuser de votre loyauté. Votre mission comme représentants des forces armées est de protéger le peuple syrien, pas de prolonger la présence au pouvoir d'Assad».

«La voie pour assumer vos responsabilités est de mettre fin à la répression et d'aider à mettre sur pied un gouvernement intérimaire sur une large base qui conduise la Syrie vers un avenir démocratique», a ajouté la représentante des Etats-Unis à l'intention des forces armées syriennes.

La Suisse a voté en faveur de la résolution adoptée par le Conseil des droits de l'homme.

Appel à une résolution contraignante

La conférence de Paris des Amis de la Syrie a appelé vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU à adopter «d'urgence» une résolution contraignante, «sous chapitre VII», endossant le plan de Kofi Annan et l'accord souscrit samedi dernier à Genève sur une transition politique.

Selon leur relevé de conclusions, les participants à cette conférence ont demandé que le Conseil de sécurité «impose des mesures» pour assurer le respect de cette résolution. Le «chapitre VII» ouvre la voie à des sanctions ou même au recours à la force contre ceux qui ne respecteraient pas le texte.

Les responsables de crimes en Syrie ne resteront pas impunis, déclare aussi le groupe de pays soutenant le soulèvement contre le régime de Bachar al Assad dans ses conclusions après une réunion à Paris.

Les participants sont également «convenus et ont clairement affirmé que ceux dont la présence compromettrait la crédibilité de la transition devraient être mis à l'écart. A cet égard, ils ont tenu à souligner que Bachar al-Assad devait abandonner le pouvoir», ajoute le texte. (ats)

Ton opinion